Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:28

Etats-Unis De grandes banques au front contre les sociétés-écrans

JPMorgan, HSBC ou encore l'UBS veulent lever l'anonymat des sociétés-écrans aux USA, soupçonnées de faciliter l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent.

Une missive écrite par The Clearing House, qui réunit notamment JPMorgan, UBS ou HSBC, a été envoyée aux élus américains.

Une missive écrite par The Clearing House, qui réunit notamment JPMorgan, UBS ou HSBC, a été envoyée aux élus américains. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs grandes banques internationales veulent lever l'anonymat des sociétés-écrans aux Etats-Unis, soupçonnées de faciliter l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent, affirme un de leurs principaux groupements dans une lettre à des élus américains.

«Nous ne voyons aucune raison de permettre à des entreprises de dissimuler l'identité de leurs propriétaires», indique la missive écrite par The Clearing House, une association réunissant notamment l'américaine JPMorgan, la suisse UBS ou la britannique HSBC.

A l'heure actuelle, des sociétés offshore peuvent être créées aux Etats-Unis sans que soit connu le nom de leurs ayants-droit, compliquant grandement la tache des autorités pour traquer des délits financiers.

Mécanisme controversé

Ce mécanisme de plus en plus controversé a été utilisé par le passé pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran, abriter les revenus illicites de trafiquants d'armes ou dissimuler le financement d'activités terroristes.

Après les révélations des Panama Papers, l'administration Obama a lancé une offensive contre cette opacité offshore en exigeant notamment des établissements financiers qu'ils identifient les ayants-droit des sociétés avant d'ouvrir des comptes à leur nom.

Début mai, le président Barack Obama avait d'ailleurs enjoint les banques d'«en faire plus» contre l'évasion fiscale. Un projet de loi a également été déposé au Congrès qui obligerait à identifier les ayants-droit d'une société au moment de son immatriculation.

Selon la Clearing House qui soutient ce texte, cette loi pourrait «sensiblement aider» à lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et faciliterait la mission de surveillance des banques sur les activités de leurs clients. «A l'heure actuelle, les efforts des banques sont plus compliqués», écrit l'organisation.

(afp/nxp)

Créé: 09.08.2016, 17h02

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.