Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 00:55

Transports Grève chez Lufthansa, la filiale Swiss pas affectée

Tous les vols Lufthansa au départ d'Allemagne sont touchés par la grève. Swiss reliera ce jeudi la Suisse aux aéroports allemands avec de plus gros appareils.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis minuit, le personnel de cabine de la compagnie aérienne allemande Lufthansa a entamé une grève de 48 heures. Le mouvement concerne «tous les vols» au départ d'aéroports allemands, qu'ils soient domestiques ou internationaux, selon le syndicat UFO.

Environ 2300 des 3000 vols prévus jeudi seront effectués et 2400 vols vendredi, au lieu des 3000 prévus. Ce qui va affecter au total quelque 180'000 passagers, a précisé la compagnie dans un communiqué.

A Francfort, plus grand aéroport du pays, la situation était calme, selon un porte-parole cité par l'agence allemande DPA, Lufthansa ayant informé les passagers et conseillé à ceux concernés par des annulations de ne pas se rendre à l'aéroport.

A Munich, pas non plus de files d'attente devant les guichets jaunes de la compagnie. «C'est bien qu'il y ait encore des syndicats qui défendent quelque chose, mais 48 heures, c'est long», a déclaré à l'AFP un passager, Holger Hilken. «Le personnel de cabine attire la colère des passagers», relève un autre, Volker Hinterberge.

Négocier sur ses revendications

Le syndicat a décidé d'enclencher ce mouvement social en raison «du refus persistant de Lufthansa de négocier» sur ses revendications, explique-t-il dans un communiqué. Parmi celles-ci figurent notamment une amélioration des salaires et des conditions de travail pour les quelque 21'000 agents de bord de Lufthansa.

UFO a accepté jeudi une offre inattendue du patron Carsten Spohr, qui s'est dit prêt à discuter «dans l'intérêt de nos clients et employés» en vue d'une médiation, avec des rencontres préliminaires dès ce week-end.

Lufthansa a régulièrement contesté la légitimité du syndicat à représenter les salariés. Une tentative d'empêcher la grève a été rejetée jeudi en première instance et en appel par la justice du travail de Francfort.

Pour le syndicat UFO, fragilisé par un conflit permanent à sa tête, cette grève est aussi un test de sa capacité à mobiliser alors qu'un tribunal allemand doit se pencher en avril prochain sur sa légitimité à représenter les salariés, remise en question par Lufthansa.

«Reprendre les négociations»

«Nous avons décidé de reprendre les négociations» et «nous voulons résoudre les problèmes juridiques avec UFO ce week-end dans un cadre confidentiel» en vue d'une médiation plus formelle, a indiqué M. Spohr lors d'une conférence de presse téléphonique.

Le syndicat, qui reste majoritaire parmi les quelque 21'000 employés travaillant dans les cabines, selon le quotidien Handelsblatt, a accepté l'invitation sans abréger la grève. «Si ça ne fonctionne pas, nous devrons annoncer d'autres grèves lundi», a mis en garde Nicoley Baublies, porte-parole d'UFO, cité par DPA.

De plus gros avions pour Swiss

La compagnie a par ailleurs précisé que ses filiales (Eurowings, Germanwings, Sunexpress, Lufthansa Cityline, Swiss, Edelweiss, Austrian Airlines, Air Dolomiti et Brussels Airlines) n'étaient pas concernées par la grève.

Swiss reliera ce jeudi la Suisse aux aéroports allemands avec de plus gros appareils, a indiqué un porte-parole à l'agence de presse AWP. L'idée étant de proposer d'autres options de vol aux passagers touchés par le mouvement. «Sinon, nous ne serons pas affectés par la grève », a-t-il ajouté.

Lufthansa propose aussi à ses clients de réserver sans délai et gratuitement un vol du groupe Lufthansa dans les dix prochains jours. Concernant les lignes intérieures allemandes, ils pourront utiliser la Deutsche Bahn, que leur vol soit annulé ou non.

Lufthansa a par ailleurs annoncé jeudi avoir vu son bénéfice opérationnel baisser au troisième trimestre sous l'effet de la hausse des prix du carburant. Elle prévoit des mesures d'économies supplémentaires notamment chez sa filiale Austrian Airlines, où 700 à 800 emplois seront supprimés d'ici 2021.

La grève devrait coûter entre 10 et 20 millions d'euros par jour au moins, a indiqué le directeur financier, Ulrik Svensson. (ats/nxp)

Créé: 07.11.2019, 01h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.