Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:36

Initiative Inégalités: 34 entreprises mondiales s'engagent

Une coalition de 34 multinationales conduite par Danone et qui sera présentée à l'Elysée vendredi vise à mieux lutter contre les inégalités.

Emmanuel Faber, PDG de Danone.

Emmanuel Faber, PDG de Danone. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trente-quatre multinationales, pesant au total plus de 1000 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, ont rejoint une coalition qui vise à regrouper et renforcer les efforts déployés pour lutter contre les inégalités.

Cette initiative (Business for Inclusive Growth, B4IG) soutenue par le président français Emmanuel Macron, conduite par le PDG de Danone Emmanuel Faber et appuyée par l'OCDE, sera présentée vendredi à l'Elysée, en amont du Sommet du G7 de Biarritz.

«Dans beaucoup des pays du G7, l'effritement des classes moyennes, qui sont la fondation de l'économie de marché, doit être une alerte car il est démontré qu'au delà d'un certain seuil, les inégalités pèsent sur l'économie», indique Emmanuel Faber, cité dans un communiqué jeudi soir. Ce n'est donc pas «une question d'idéologie», mais «de réalisme», qui «appelle à une action collective et inclusive, de la part des gouvernements et des entreprises», souligne-t-il.

Ces 34 entreprises, employant au total plus de 3,5 millions de personnes, s'engagent dans une charte à «intensifier leur action pour faire progresser les droits humains à tous les stades de leurs chaînes de valeur (...) et à renforcer l'inclusion dans leurs écosystèmes internes et externes», selon le communiqué.

«Extrêmement engageant»

Ce manifeste est «extrêmement engageant», et «rédigé au mot près avec les entreprises concernées, car ce texte est opposable», a expliqué à l'AFP le secrétaire général de Danone Mathias Vicherat. «Quand il est écrit que les entreprises s'engagent en matière de travail décent sur toute la chaîne de production, y compris la chaîne d'approvisionnement, quand les entreprises disent qu'elles combattent le travail forcé et qu'elles veulent respecter la liberté d'association, ce sont des termes très forts parce que ça veut dire qu'elles prennent ces engagements dans tous les pays du monde où elles opèrent», assure-t-il.

Par ailleurs, ces multinationales qui consacrent plus d'«un milliard de dollars dans des projets au bénéfice de plus de 100 millions de personnes» comptent échanger sur ces initiatives pour les optimiser, les accélérer ou les dupliquer dans d'autres pays, selon le communiqué.

Les membres actuels de cette coalition sont: Accenture, Agropur, AXA, BASF, BNP Paribas, BPCE, CareCentrix, Cogeco, Crédit Agricole, Danone, Edelman, Engie, GINgroup, Goldman Sachs, Henkel, Ingka Group, JPMorgan, Keurig Dr Pepper, Johnson&Johnson, Kering, Legal&General, L'Oréal, Mars, Renault, Ricoh, Schneider Electric, Sodexo, Suez, TIAA, Unilever, Veolia, Virgin et Ylva. (afp/nxp)

Créé: 22.08.2019, 23h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.