Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 20:12

Finance Ils jonglent avec 88 trillions de produits dérivés

Dans le monde des produits dérivés, la valse des zéros donne le tournis. Les traders d’UBS et du Credit Suisse y parient sur des dizaines de milliers de milliards de francs.

Les traders en charge des opérations sur produits dérivés sont généralement les mieux payés et disposent de moyens quasi illimités pour investir.

Les traders en charge des opérations sur produits dérivés sont généralement les mieux payés et disposent de moyens quasi illimités pour investir. Image: Martin Ruetschi/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux grandes banques suisses tenaient des paris sur 88 000 000 000 000 de francs en produits dérivés en 2012. Vous avez bien lu: le montant se chiffre en dizaine de milliers de milliards. C’est 993 fois le PIB Suisse. Les experts sont divisés: les uns assurent que les risques sont contrôlés, d’autres pensent que ces montants «effarants» menacent tout le système financier. Seule certitude: les deux banques suisses sont les plus grandes joueuses au monde. Les volumes de leurs paris conjugués sur des produits dérivés dépassent ceux des deux leaders mondiaux, JPMorgan et Deutsche Bank. Bienvenue dans la finance des ténèbres, où même la Banque nationale suisse a renoncé à compter tous les trillions.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Créé: 22.06.2013, 23h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.