Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 23:00

Nouveau cas pour UBS La justice US ouvre le «frigo» de riches clients d'UBS

Les héritiers de l'ancien vice-président de Fidelity ont récupéré des millions de dollars non déclarés et placés à l'UBS. La justice américaine vient d'arrêter un avocat londonien et s'intéresse à un intermédiaire suisse.

En arrière-plan, l'entrée du siège new-yorkais d'UBS, qui est la banque maison de la famille Seggerman.

En arrière-plan, l'entrée du siège new-yorkais d'UBS, qui est la banque maison de la famille Seggerman. Image: Keystone

Galerie Photos

Chronologie du conflit fiscal avec les Etats-Unis

Chronologie du conflit fiscal avec les Etats-Unis Secret bancaire, évasion fiscale, Lex USA, accord FATCA: historique du conflit fiscal qui oppose la Confédération suisse et les Etats-Unis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une nouvelle affaire de fraude fiscale vient éclabousser l'UBS. Celle-ci est d'autant mieux suivie outre-Atlantique qu'elle frappe une famille new-yorkaise très en vue. Et que les autorités américaines peuvent s'appuyer sur les aveux de l'un de ses membres.

Fille et héritière de l'ancien vice-président du groupe Fidelity, spécialisé dans les fonds de placement, Suzanne Seggerman pourra compter sur la clémence des autorités fiscales et judiciaires américaines. Elle a plaidé coupable en 2010 et se révèle être un «témoin très coopératif», selon les agents de l'IRS (Internal Revenue Service).

Messages codés

Sans elle, il aurait été difficile à l'autorité fiscale US de découvrir ce que la famille de Harry Seggerman cachait dans son «réfrigérateur». Au décès de ce dernier, en août 2001 à l'âge de 73 ans, la famille Seggerman s'est retrouvée en effet à la tête d'un héritage de 20 millions de dollars.

Problème toutefois, la moitié de cette somme était non déclarée et placée à l'étranger, sur des comptes ouverts auprès de l'UBS, qui est aussi la banque familiale. Les héritiers se sont mis en devoir de rapatrier ces fonds en douce, par tranches de 10'000 dollars, en usant de moult précautions.

Ainsi le fils aîné a-t-il établi une liste de noms de code à utiliser pour échanger des courriels sur le sujet, notamment avec les intermédiaires, deux avocats situés à Londres et en Suisse, et un comptable établi au New Jersey.

Lorsqu'il y avait du «boeuf dans le frigo», c'est que l'argent était arrivé sur le compte. La fondation familiale était appelée le «clou rouillé». Et l'avocat en Suisse n'était autre que «Moxly», rapporte lundi le correspondant aux Etats-Unis du Tages-Anzeiger.

Avocat londonien arrêté

L'argent, qui parfois était transformé au préalable en chèques de voyage, transitait par «Moxly», dont l'identité n'a pas été révélée, et un avocat situé à Londres. Ce dernier Michael Little, 61 ans, a été arrêté en fin de semaine dernière.

L'avocat britannique est aujourd'hui encore en détention. Il ne pourra ressortir de prison que contre paiement d'une caution de 2 millions de dollars.

Selon l'enquête des autorités américaines, il semblerait que les transferts de fonds non déclarés se sont poursuivis jusqu'à l'an dernier. Pour leur travail, les avocats intermédiaires auraient touché de la famille Seggerman plusieurs dizaines de milliers de dollars de commissions par année.

Pour l'exemple et la dissuasion

Sur la trentaine de plaintes prononcées à l'encontre de clients de l'UBS et rendues publiques jusqu'ici, celle-ci est la première qui touche une famille américain qui a pignon sur rue. C'est aussi la première fois que les autorités américaines ont étendu leur procédure aux intermédiaires.

Le procureur de New York, cité par le correspondant du Tagi, souligne la volonté de faire un exemple dissuasif pour tous ceux qui participent à une fraude fiscale. De l'avis de Preet Bharara, l'avocat londonien Michael Little n'a pas uniquement bafoué la loi. Il «a aussi passé outre les fondements éthiques et moraux de sa profession». Il risque jusqu'à 5 ans de prison. (nxp)

Créé: 14.05.2012, 12h33

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.