Lundi 18 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:23

Sondage La Suisse plutôt attractive pour les as du numérique

La Suisse arrive au sixième rang des pays les plus prisés par les experts du numérique. Et en 8e position pour les talents du «non numérique».

L'attractivité de la Suisseest plus forte pour les experts du numérique que pour ceux d'autres secteurs.

L'attractivité de la Suisseest plus forte pour les experts du numérique que pour ceux d'autres secteurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse est généralement considérée comme attractive par les experts du numérique, révèle une étude publiée vendredi par Jobcloud. Elle arrive au sixième rang des pays les plus prisés, selon le sondage mené auprès de 27'000 talents du secteur dans 180 pays.

La Suisse doit ce classement à sa force d'innovation, à la réputation de ses universités, aux nombreuses entreprises technologiques hébergées et à sa qualité de vie élevée, souligne le communiqué de Jobcloud, qui regroupe les plateformes d'emplois jobs.ch et jobup.ch.

La Suisse bien placée

L'attractivité du pays est plus forte pour les experts du numérique que pour ceux d'autres secteurs. Au total, 365'000 employés ont été interrogés dans le cadre de l'étude globale menée notamment en collaboration avec Boston Consulting Group.

Pour les talents du «non numérique», la Suisse arrive en 8e position des pays les plus prisés. Mais elle figure deux rangs plus haut pour les experts du «digital» (numérique), derrière, dans l'ordre, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Canada, l'Australie et la Grande-Bretagne.

Un personnel très mobile

Les personnes concernées sont des experts dans le traitement de données, le développement et la programmation, l'intelligence artificielle, la robotique mais aussi le marketing, notamment.

Ce personnel se montre particulièrement mobile: 67% des personnes interrogées du secteur sont prêtes à travailler à l'étranger, contre 58% pour l'ensemble des sondés. Parmi les principaux facteurs de motivation évoqués figurent les possibilités de développement personnel et de carrière ainsi que la rémunération.

«Beaucoup d'entreprises manquent de profils dans le numérique, d'autres ont du mal à fidéliser (les personnes concernées). Les organisations ont besoin de faire évoluer leur culture d'entreprise afin de s'adapter aux profils requis, par exemple en proposant un programme de formation de pointe», relève dans le communiqué Davide Villa, directeur général de Jobcloud. (ats/nxp)

Créé: 12.07.2019, 10h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.