Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 11:40

Conjoncture LafargeHolcim ferme ses sites de Zurich et Paris

Le géant zurichois, premier cimentier mondial, va supprimer 200 postes.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

LafargeHolcim ferme ses sites de Zurich et Paris. Dans l'air depuis quelques jours, et destinée à «simplifier» la structure du groupe, cette mesure entraîne la suppression de 200 postes de travail, a annoncé vendredi le numéro un mondial du ciment.

Les postes en Suisse seront transférés vers le site de l'entreprise à Holderbank (AG) et dans un nouveau bureau à Zoug, a précisé LafargeHolcim. A Paris, les postes restants seront déplacés à Clamart, en banlieue parisienne.

Etape de simplification

Les effectifs centraux du mastodonte franco-suisse seront amputés de 107 postes à Zurich et de 97 dans la capitale française. Les emplois restants seront transférés à Holderbank (AG), site historique d'Holcim, dans de nouveaux bureaux à Zoug ainsi qu'à Clamart, en banlieue parisienne.

«Cette douloureuse mais nécessaire étape de simplification est primordiale pour créer un LafargeHolcim plus léger, plus rapide et plus compétitif», s'est justifié le patron du groupe, Jan Jenisch, cité dans un communiqué.

Le siège du groupe reste en Suisse, a précisé un porte-parole de LafargeHolcim, cité par l'agence awp. Le siège juridique de la multinationale se trouve ainsi toujours à Jona (SG), tandis que M. Jenish travaillera désormais depuis Zoug, à proximité de son ancien employeur, le fabricant de spécialités chimiques Sika.

Locaux trop grands

Selon le porte-parole, les locaux à Zurich étaient trop vastes et ne correspondaient plus aux besoins de la société. Quant au site de Clamart, au sud-ouest de Paris, il servira à l'avenir de siège pour l'unité Lafarge France.

Les déménagements doivent être bouclés d'ici la fin de l'année. Les consultations avec les représentants du personnel des deux pays ont déjà commencé, en vue notamment de l'élaboration d'un plan social.

Dans son communiqué, LafargeHolcim a affirmé vouloir «limiter les impacts sur les salariés» et «apporter son soutien aux sites concernés».

Un porte-parole de la ville de Zurich, interrogé par l'ats, a dit regretter le départ du cimentier et la perte d'emplois. Mais selon lui, cette mesure n'est pas liée directement à Zurich, sachant qu'elle s'inscrit dans la stratégie mondiale de l'entreprise.

Programme d'économies

La simplification de la structure et de ses fonctions centrales, telles les fonctions financières, juridiques ou les équipes de direction par grandes zones géographiques, fait partie des éléments que la multinationale juge déterminants pour ses projets stratégiques jusqu'en 2022.

Les fermetures des sites zurichois et parisien sont également la conséquence d'un programme de réduction des coûts, présenté en mars dernier. Celui-ci doit permettre de dégager des économies de 400 millions de francs par an d'ici le premier trimestre 2019.

Dans cette optique, LafargeHolcim, qui emploie 80'000 personnes dans 80 pays, avait déjà annoncé la disparition de deux autres sites, ses bureaux régionaux à Singapour et Miami.

Période mouvementée

Pressenties depuis plusieurs jours, les mesures annoncées vendredi ont laissé les investisseurs de marbre. Et à la Bourse suisse, l'action du groupe franco-suisse accusait un léger repli en milieu d'après-midi.

Né en 2015 de la fusion entre le st-gallois Holcim et le français Lafarge, le géant du ciment traverse une période mouvementée. Sur le plan financier, le groupe a affiché une rentabilité en baisse au premier trimestre 2018, avec un résultat d'exploitation (EBITDA) en baisse de 7,7% sur un an.

Plus grave, l'ancienne direction de Lafarge se trouve depuis plusieurs mois au coeur d'une enquête pour financement du terrorisme en Syrie. Sept cadres et dirigeants du cimentier français et de sa branche syrienne ont déjà été mis en examen, soupçonnés d'avoir payé des groupes armés pour continuer à faire tourner leur cimenterie malgré la guerre. (ats/nxp)

Créé: 25.05.2018, 13h26

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.