Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 12:01

Télécommunications Liberty Global veut encore conclure avec Sunrise

La direction de Sunrise va dévoiler un avis d'expertise sur les conditions du rachat d'UPC Cablecom. Elle veut également rencontrer les actionnaires qui s'opposent à l'opération.

Liberty Global veut toujours vendre l'opérateur UPC à Sunrise.

Liberty Global veut toujours vendre l'opérateur UPC à Sunrise. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sunrise ne ménage pas ses efforts en vue de convaincre ses actionnaires du bien fondé de l'acquisition du câblo-opérateur UPC. A cet effet, l'opérateur zurichois entend dévoiler la semaine prochaine un avis d'expertise (Fairness-Opinion) sur les conditions du rachat de son concurrent.

L'avis prend en compte la hausse des prévisions en matière de synergies et appuie la transaction, a expliqué le chef des finances de Sunrise (CFO), Andre Krause, auprès de l'agence de presse Reuters.

Lorsque la transaction a été annoncée en février, la banque Morgan Stanley avait déjà établi un avis indépendant de ce type. Sunrise souhaite racheter UPC à son propriétaire Liberty Global pour 6,3 milliards de francs et financer la transaction en procédant notamment à une augmentation de capital, opération que son actionnaire de référence, l'opérateur allemand Freenet, rejette.

Le CFO a aussi indiqué que l'entreprise devrait bénéficier d'un soutien suffisant de ses actionnaires pour conclure la transaction. «Les investisseurs institutionnels ne sont traditionnellement pas des activistes, qu'ils aiment l'action ou pas», a dit M. Krause lors d'une table ronde organisée par le journal «Finanz und Wirtschaft». «D'autant que le registre des actions est actuellement dominé par des gens qui apprécient la transaction.»

Il va rencontrer des détenteurs de capital de poids dans les prochaines semaines. «Nous verrons s'il y a du scepticisme ou des critiques.»

Liberty Global souhaite la vente d'UPC Suisse

La semaine dernière, l'opérateur a attaqué son actionnaire Freenet, qui, fort d'une participation de près d'un quart dans le capital-actions de Sunrise, entend bloquer le projet de reprise d'UPC. Il lui a reproché de ne poursuivre que ses propres intérêts à court terme et de vouloir se décharger sur lui d'un partie du lourd fardeau de sa dette. Lundi, Liberty Global, qui détient UPC Suisse, a réitéré «son engagement envers l'acquisition d'UPC par Sunrise», selon un communiqué.

Le groupe de Denver aux Etats-Unis dit avoir pris connaissance des récentes déclarations de Freenet et Sunrise. Mais pour lui cela ne change rien: «Liberty Global est totalement engagé à mener la transaction à terme comme convenu.»

Liberty Global assure ne pas avoir eu de discussions concernant les «conditions contraignantes» de la transaction et n'a pas l'intention d'en avoir. L'entreprise se réjouit par ailleurs du «redressement d'UPC Suisse». (ats/nxp)

Créé: 27.08.2019, 12h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.