Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 14:32

WEF 2018 Trump arrive à Davos en trouble-fête

Le président américain arrive jeudi à Davos, grand-messe du libéralisme où il risque de jouer les trouble-fête.

Galerie photo

En images, l'édition 2018 du WEF à Davos

En images, l'édition 2018 du WEF à Davos Le gotha du monde politique et économique a afflué dans la cité grisonne pour cette 48e édition. Avec Donald Trump en guest star.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump arrive jeudi à Davos, où l'élite économique mondiale se demande si elle va être mangée à la sauce «America First», ou au contraire courtisée par le toujours imprévisible président américain. Lequel a illustré cette capacité à surprendre en se disant «prêt» à témoigner «sous serment» dans l'enquête sur une possible collusion entre son équipe de campagne et la Russie, quelques heures avant de prendre l'avion pour la Suisse.

De quoi occuper les conversations des quelque 3000 chefs d'entreprises ou dirigeants politiques de haut vol rassemblés depuis trois jours dans la station de ski huppée. Ils devront patienter jusqu'à vendredi pour entendre le discours du milliardaire américain qui s'est envolé de la base aérienne d'Andrews, en banlieue de Washington, mercredi soir à 20H50 (01H50 GMT jeudi).

«Je vais bientôt me rendre à Davos, en Suisse, pour raconter au monde à quel point l'Amérique est formidable et comment elle va bien. Notre économie décolle maintenant et avec tout ce que je fais cela ne pourra qu'aller encore mieux. Notre pays est enfin en train de GAGNER à nouveau!», a tweeté le président peu avant de prendre l'hélicoptère pour se rendre à l'aéroport.

L'Amérique d'abord, mais avec le reste du monde

Certains de ses lieutenants occupent déjà le terrain à Davos. «(Ce voyage) se base sur le programme L'Amérique d'abord , mais L'Amérique d'abord implique de travailler avec le reste du monde », a assuré mercredi le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. «Le président Trump défend les intérêts américains comme d'autres dirigeants défendent les leurs», a-t-il ajouté.

Ce déplacement de dernière minute du président et de son état-major a mis à rude épreuve les équipes de la Maison Blanche, qui ont traqué les rares hébergements encore disponibles dans les vallées suisses enneigées, sur fond de brève paralysie budgétaire de l'administration américaine.

Donald Trump s'entretiendra à Davos avec la Première ministre britannique Theresa May, alors que la «relation spéciale» entre les deux pays bat de l'aile, et avec le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, ainsi qu'avec le président rwandais, Paul Kagame.

Theresa May, qui doit s'exprimer jeudi à 13H00 GMT, devrait exhorter les investisseurs à faire pression sur les géants du numérique pour endiguer la désinformation, les «fake news», mais aussi les discours haineux ou le harcèlement sexuel, selon des extraits de son discours communiqués à l'avance.

«Dans la gueule du loup»

Premier président américain à se rendre au Forum économique mondial depuis Bill Clinton, Donald Trump est attendu avec des sentiments mitigés. Sa récente réforme fiscale, qui baisse nettement le taux d'imposition des entreprises, la flambée de Wall Street et la robuste croissance des Etats-Unis ont de quoi plaire aux grands banquiers et PDG. Mais le discours protectionniste de Donald Trump et ses sorties intempestives sur des sujets géopolitiques sensibles tranchent avec le ton très consensuel prisé à Davos, où les tables rondes sur les bienfaits du libre-échange alternent avec les initiatives caritatives.

«Pas précisément une audience bien disposée» envers le président américain, juge William Allein Reinsch, du Center for International and Security Studies. Selon lui, dire que Donald Trump «se jette dans la gueule du loup est une bonne métaphore».

Le contraste pourrait être fort avec l'accueil chaleureux réservé par exemple aux Premiers ministres indien Narendra Modi ou canadien Justin Trudeau, ou encore au président français Emmanuel Macron, qui ont réclamé une mondialisation plus vertueuse, propre à combler des inégalités béantes. Le Français a dit à la Radio Télévision Suisse avoir «vivement recommandé (à Donald Trump) de venir à Davos pour expliquer sa stratégie et se plonger dans ce bain, se confronter à d'autres idées, être avec nous dans ce multilatéralisme un peu informel».

Alors, quel costume pour le président américain jeudi et vendredi? Celui de l'ancien homme d'affaires qui sait parler aux entreprises? Ou celui du Donald Trump hargneux qui avait pétrifié en septembre dernier l'Assemblée générale de l'ONU? Certaines initiatives américaines récentes semblent planter le décor, telle l'annonce lundi de taxes importantes sur certaines importations venues d'Asie, comme par exemple des panneaux solaires chinois. «Cela fait un bon moment qu'il y a des guerres commerciales. La différence aujourd'hui, c'est que les troupes américaines montent au front», a dit mercredi le secrétaire au Commerce Wilbur Ross. (afp/nxp)

Créé: 25.01.2018, 02h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.