Lundi 20 août 2018 | Dernière mise à jour 12:31

Suisse Le marché immobilier toujours en zone à risque

Le nombre de régions à risque est demeuré inchangé durant le trimestre. Genève, Nyon et Morges se trouvent toujours en phase de correction.

UBS précise que le centre de gravité des risques régionaux est en train de quitter graduellement l'arc lémanique.

UBS précise que le centre de gravité des risques régionaux est en train de quitter graduellement l'arc lémanique. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le marché immobilier suisse se situe toujours dans une zone à risque. L'indice des bulles immobilières d'UBS a même connu une légère hausse au quatrième trimestre, pour atteindre 1,35 point.

La progression minime de l'indicateur par rapport au trimestre précédent (valeur corrigée) est due aux deux sous-indicateurs «prix par rapport aux revenus» et «prix par rapport aux loyers», a communiqué vendredi le numéro un bancaire helvétique. A l'inverse, la croissance de l'endettement hypothécaire a ralenti.

Dépendance aux intérêts bas

Globalement, les experts d'UBS constatent depuis un an et demi une réjouissante stabilisation des déséquilibres sur le marché de la propriété du logement. Preuve en est le fait que l'indicateur évolue dans une fourchette de 1,30 à 1,45 point.

Les responsables de la recherche avertissent néanmoins que la dépendance du prix des appartements et maisons individuelles en propriété aux intérêts bas s'est encore étoffée ces derniers trimestres. Or, cette dépendance croissante fait grimper les risques par ricochet.

En effet, si les intérêts hypothécaires augmentaient d'un point de pourcentage seulement, les coûts mensuels d'un logement acheté dépasseraient ceux liés à la location (d'un bien comparable). Pour mémoire, depuis le milieu de l'année 2014, les frais courants d'un objet en propriété sont en moyenne inférieurs au loyer.

Les risques se déplacent

En ce qui concerne le volume des hypothèques contractées par les ménages, UBS constate qu'il n'a progressé que de 2,6% en rythme annuel. Il s'agit certes de la plus faible hausse depuis décembre 1999. Reste que ce volume a grimpé plus fortement que le revenu disponible des ménages.

Dans le détail géographique, la grande banque relève que le nombre de régions à risque est demeuré inchangé durant le trimestre sous revue. Genève, Nyon et Morges se trouvent notamment toujours en phase de correction. Quant aux régions touristiques valaisannes, bernoises et grisonnes, elles ont quitté la zone à risque.

UBS précise que le centre de gravité des risques régionaux est en train de quitter graduellement l'arc lémanique. Il se déplace vers les régions de Zurich et de la Suisse centrale. (ats/nxp)

Créé: 03.02.2017, 09h03

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters