Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 17:45

Allemagne Ils meurent sans avoir dévoilé le lieu de leur butin

Les deux ravisseurs du patron de l'empire Aldi enlevé en 1971 sont morts à quelques semaines d'intervalle, emportant avec eux le secret de leur butin, rapporte ce mercredi le quotidien «Bild».

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Heinz Joachim Ollenburg, ancien avocat et cerveau de l'affaire, est décédé le 7 février à 93 ans, peu après la mort en janvier de son ex-complice Paul Kron, 87 ans, selon «Bild».

Le duo avait été condamné pour l'enlèvement il y a 46 ans de Theo Albrecht, une des principales fortunes d'Allemagne, enfermé dans une penderie à Düsseldorf (ouest) pendant 17 jours, puis libéré contre 7 millions de deutsche marks, soit environ 3,5 millions d'euros aujourd'hui (3,7 millions de francs).

Le ravisseur «vivotait»

Les enquêteurs avaient découvert la moitié de la rançon dans une valise en cuir, mais 3,6 millions de deutsche mark n'ont jamais été retrouvés, alimentant les spéculations depuis.

Paul Kron avait accordé il y a quelques années une interview à «Bild» dans laquelle il assurait vivoter avec 400 euros de retraite dans un petit appartement de Herne, dans la Ruhr (ouest), sans savoir ce qu'est devenu le butin.

«Honnêtement, je n'en sais rien. Je n'ai reçu que 10'000 marks d'Ollenburg. Il était plus intelligent que moi», avait-il déclaré au quotidien.

Theo Albrecht, marqué par cette épreuve au point d'éviter toute apparition publique jusqu'à sa mort en 2010, avait longtemps contacté Paul Kron pour le rencontrer, selon l'ancien criminel.

Goût pour les croisières

«Je lui ai dit que je ne souhaitais aucune rencontre et que ça me serait désagréable. J'étais désolé de ce que je lui avais fait, à lui et sa famille», avait ajouté Paul Kron, persuadé qu'Albrecht voulait l'interroger sur la rançon.

Hans Joachim Ollenburg a de son côté vécu jusqu'à sa mort dans le Brandebourg, entre Berlin et la frontière polonaise, sans que personne ne trouble sa tranquillité. Seul son goût pour les croisières attisait les commérages: «Regarde, il a gardé le pognon et l'a enterré», raconte «Bild». (AFP/nxp)

Créé: 08.03.2017, 12h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.