Dimanche 8 décembre 2019 | Dernière mise à jour 09:30

Agrochimie Monsanto retire ses demandes de culture d’OGM dans l'UE

Le groupe agrochimique américain ne va plus demander d’autorisation de culture pour de nouveaux OGM en Europe en raison de l’opposition croissante de l’opinion publique.

Des manifestants étaient descendus dans la rue le 25 mai dernier à Paris contre Monsanto et les produits OGM.

Des manifestants étaient descendus dans la rue le 25 mai dernier à Paris contre Monsanto et les produits OGM. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe américain Monsanto a décidé de retirer toutes ses demandes d’autorisation de culture d’OGM dans l’Union Européenne, à l’exception du maïs MON810, a annoncé jeudi un de ses porte-parole en Europe. L’information a été confirmée par la Commission européenne qui a dit «prendre note de cette décision».

«Monsanto ne va plus demander d’autorisation de culture pour de nouveaux OGM en Europe et va se concentrer sur sa capacité d’importer des OGM dans l’UE», a annoncé dans un communiqué Brandon Mitchener, représentant de Monsanto en Europe.

Le groupe américain maintient toutefois la demande de renouvellement de l’autorisation pour le maïs MON810, seul OGM actuellement cultivé dans l’UE, principalement en Espagne et au Portugal.

Le groupe avait présenté une demi-douzaine de demandes d’autorisation de culture pour d’autres OGM, essentiellement des semences de maïs et un soja. Il avait déjà fait part fin mai de son intention de retirer ses demandes pour la culture en raison de l’opposition croissante de l’opinion publique.

«Retraite» saluée

Les organisations écologistes Greenpeace et Friends of the Earth ont salué cette «retraite» de Monsanto mais laissé entendre qu’ils n’étaient pas dupes des intentions du groupe américain de continuer à commercialiser ses OGM en Europe.

«Monsanto considère l’UE comme un territoire perdu pour la culture. Mais le groupe va continuer à les cultiver ailleurs et à inonder l’UE, qui est dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en protéines végétales d’alimentation de ses troupeaux. Ce n’est pas plus compliqué que ça», a commenté une source communautaire.

Monsanto comme les autres géants de l’agrochimie multiplie les demandes d’autorisation pour la commercialisation d’OGM dans l’UE. Le groupe a trois demandes en discussion, dont le SmartStax, un maïs OGM mis au point avec DowAgroScience. Une cinquantaine d’OGM ont déjà été homologués pour être utilisés dans l’alimentation animale et humaine dans l’UE.

Processus en quatre temps

Le processus d’évaluation pour les demandes d’autorisation de culture et de commercialisation d’OGM se déroule en quatre temps : consultation de l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) sur les risques pour la santé, demande d’autorisation aux Etats sur la base d’un avis favorable de l’EFS et procédure d’appel si aucune majorité qualifiée ne se dégage entre les Etats. Si cette situation perdure, la décision finale revient à la Commission européenne.

A ce jour, l’EFSA n’a jamais rendu un avis négatif et aucune majorité qualifiée n’a jamais été trouvée entre les Etats pour interdire ou autoriser un OGM. Toutes les autorisations de commercialisation ont en conséquence été promulguées par la Commission. (ats/afp/nxp)

Créé: 18.07.2013, 12h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.