Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:48

Santé L'OMS conseille 1% du PIB dans les soins primaires

Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus appelle à investir 1% du Produit intérieur brut dans la couverture santé.

Tedros Adhanom Ghebreyesus le 22 août 2019.

Tedros Adhanom Ghebreyesus le 22 août 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les avancées de la couverture santé ne sont pas suffisantes pour atteindre une couverture santé pour tous d'ici 2030. Dans un rapport publié dimanche à Genève, le directeur général de l'OMS appelle à investir 1% du Produit intérieur brut (PIB) dans cette question.

Cette part pourrait ne pas suffire dans les pays les plus pauvres. Pour autant, l'objectif d'une couverture pour tous «est atteignable», dit Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle les dirigeants politiques, qui doivent se réunir lundi à New York pour un sommet sur cette question, à établir des politiques pour l'honorer.

Devant la presse son directeur exécutif chargé de la couverture santé pour tous, Peter Salama, a estimé qu'une déclaration politique ne suffirait pas. Il faut une action et un financement, ajoute-t-il.

Engagement est «faisable» et «peu coûteux»

Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, il faut une amélioration de l'accès aux soins primaires qui a besoin de 200 milliards de dollars supplémentaires par an. En plus de 170 milliards additionnels par an pour d'autres composantes. Soit une augmentation de 5% des dépenses de santé.

Cet engagement est «faisable» et «peu coûteux», selon Peter Salama qui dit que la plupart des Etats peuvent l'honorer avec leurs propres ressources. Dans les pays les plus vulnérables, un tel investissement sur les soins primaires pourrait sauver 60 millions de personnes d'ici 2030. Le financement du dispositif de santé plus large contribuerait de son côté à éviter le décès de près de 100 millions de personnes.

Coûteuses pour les ménages

Au rythme actuel, de 39 à 63% de la population mondiale bénéficieront de soins primaires en 2030 sans avoir à être confrontés à des difficultés financières. On estimait cette part de 33% à près de 50% en 2017. Jusqu'à 5 milliards de personnes pourraient ne pas avoir accès à la santé en 2030.

La couverture «doit doubler», affirme encore l'OMS. En près de 20 ans, tous les régions et groupes de revenus ont avancé. Mais cette embellie se ralentit depuis 2010. Les pays pauvres ou en conflit sont les plus affectés. Mais, en termes absolus, ceux à revenus intermédiaires sont les moins bien dotés.

Autre inquiétude, les améliorations ont été coûteuses. La part des ménages qui dépensent plus de 10% de leurs revenus pour la santé s'est étendue en une quinzaine d'années de plus de 9 à près de 13%, selon des chiffres qui remontent à près de cinq ans.

Infrastructure visée

Elle a progressé de 1,2 point de pourcentage pour ceux qui attribuent à ce financement plus de 25% de leurs ressources. De quoi faire passer la population en situation de pauvreté de 1,8 à 2,5%.

Les conditions économiques n'expliquent pas à elles seules les avancées trop lentes. Les infrastructures, la qualité des prestations, le manque de personnel constituent plusieurs raisons.

L'accès aux soins reproductifs, malgré une amélioration, est encore trop peu élevé, notamment en Afrique. Autre difficulté plus largement, les données manquent pour des populations vulnérables comme les moins aisés, les migrants ou les réfugiés. (ats/nxp)

Créé: 22.09.2019, 06h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.