Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:34

Aéronautique Un optimisme mesuré dans la crise de l'aéroport de Bâle-Mulhouse

Paris pourrait renoncer aux mesures unilatérales annoncées en juillet et négocier une solution avec les autorités et les entreprises helvétiques concernées.

Paris voulait soumettre au droit fiscal français les entreprises et sociétés sises dans le secteur suisse de l'aéroport binational qui repose entièrement sur territoire français.

Paris voulait soumettre au droit fiscal français les entreprises et sociétés sises dans le secteur suisse de l'aéroport binational qui repose entièrement sur territoire français.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vent d'optimisme mesuré souffle sur le litige fiscal portant sur le secteur helvétique de l'aéroport binational de Bâle-Mulhouse. Les autorités françaises vont vraisemblablement renoncer aux mesures unilatérales annoncées et négocier une solution avec les autorités et les entreprises helvétiques concernées.

La rencontre au plus haut niveau entre le président de la Confédération Didier Burkhalter et son homologue français François Hollande lors d'une visite d'Etat à Paris fin octobre a débouché jeudi sur une réunion entre des représentants des autorités des deux pays et des deux Bâles ainsi que des entreprises concernées sises à l'EuroAirport. Formellement, les autorités suisses n'étaient présentes qu'en tant qu'observatrices.

«On se parle de nouveau»

«Nous ne sommes pas encore au bout du chemin», a déclaré samedi dans une interview à la Basler Zeitung le secrétaire général du Département de l'économie, des affaires sociales et de l'environnement de Bâle-Ville Claus Wepler. «L'optimisme est encore mesuré, mais on se parle de nouveau au lieu de s'écrire des courriers», a-t-il précisé.

Un nouveau groupe de travail doit régler les détails dans les entreprises concernées du secteur helvétique avec les autorités fiscales françaises. Les principaux thèmes de contestation portent sur la fiscalité des entreprises, la TVA et une nouvelle taxe sur le trafic aérien grevant les compagnies aériennes.

Feu aux poudres

C'est un courrier du ministre français des finances qui a mis le feu aux poudres en juillet dernier. Il voulait à l'avenir soumettre au droit fiscal français les entreprises et sociétés sises dans le secteur suisse de l'aéroport binational qui repose entièrement sur territoire français.

Une proposition contestée côté suisse, en référence à l'accord franco-suisse de 1949. Elle inquiète aussi l'Alsace, l'EuroAirport assurant près de 10'000 emplois dans cette région. (smk/ats/nxp)

Créé: 22.11.2014, 13h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.