Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 19:39

Monnaie Paris et Bruxelles se battent encore pour Waterloo

La Belgique voulait une pièce de deux euros commémorant la bataille de Waterloo mais y a renoncé après l'opposition de la France.

la Belgique voulait une pièce de deux euros commémorant Waterloo.

la Belgique voulait une pièce de deux euros commémorant Waterloo. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Belgique a annoncé ce jeudi 12 mars qu'elle avait renoncé à commercialiser une pièce de deux euros commémorant la bataille de Waterloo, après l'opposition de la France. Cette dernière estimait qu'un rappel de cette défaite de Napoléon il y a 200 ans pouvait créer des «tensions inutiles» en Europe.

«La France s'est (...) opposée à cette proposition», a indiqué dans un communiqué le ministère belge des Finances. «Je suis quelque peu surpris de toute cette agitation», a commenté le ministre, Johan Van Overtveldt. «L'Europe a bien d'autres dossiers à traiter et de défis importants à relever au lieu de perdre son temps et son énergie dans cette affaire», a-t-il jugé.

«Ce n'était pas une bonne idée dans le contexte de la construction européenne et cela créait des tensions inutiles», a estimé une source européenne à Bruxelles.

Avec «le soutien d'un certain nombre de grands pays européens», la France a réuni la majorité qualifiée qui lui aurait permis de l'emporter face à la Belgique si l'affaire avait été soumise au vote des ministres des Finances de l'Union européenne, a expliqué le ministère belge.

180'000 pièces déjà frappées

Quelque 180'000 pièces de deux euros destinées aux collectionneurs avaient déjà été frappées par la Monnaie royale de Belgique, a indiqué Manuela Wintermans, responsable du syndicat UNSP au ministère des Finances.

Sur une face de cette pièce est gravée la célèbre «butte du Lion», érigée sur le lieu de la bataille de Waterloo. Les combats entre la France et l'armée des alliés, composée de soldats britanniques, prussiens et néerlandais, y ont fait près de 12'000 morts le 18 juin 1815 et marqué la fin de l'épopée napoléonienne Son bicentenaire est célébré avec faste en Belgique.

Perte de 1,5 million d'euros

Emballées manuellement dans un coffret spécial en carton, les pièces devaient être vendues 8 euros (8,50 francs) chacune et étaient prêtes à être expédiées dans toute la zone euro, a-t-elle ajouté.

«Cela devait rapporter à l'Etat 2,45 millions d'euros et j'estime qu'une fois qu'on aura tout déballé et détruit, il restera une perte de 1,5 million d'euros», s'est indignée Manuela Wintermans. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2015, 18h20

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.