Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:30

Automobile Après Paris, Renault tourne la page Ghosn

Alors que Carlos Ghosn reste en prison, Renault s'est officiellement mis à la recherche d'un successeur jeudi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Renault s'est officiellement mis en quête d'un successeur à Carlos Ghosn jeudi, au lendemain d'un appel de l'Etat français pour une nouvelle gouvernance, le PDG du constructeur français restant incarcéré au Japon probablement pour de longs mois.

«Les organes de gouvernance de Renault travaillent activement à la recherche de la meilleure solution pour la gouvernance future», a déclaré le groupe au losange dans un communiqué.

L'annonce est tombée peu après le rejet par le tribunal de Tokyo d'une nouvelle demande de libération sous caution de M. Ghosn, détenu dans une prison de Tokyo depuis le 19 novembre alors qu'il est encore officiellement PDG de Renault.

Appel spécial en vue

Le dirigeant, sous le coup de trois inculpations, pour abus de confiance et autres malversations financières, doit rester en détention provisoire jusqu'au 10 mars au moins. Dernier mince espoir de sortir rapidement : un appel spécial devant la Cour suprême qui doit être déposé par son avocat.

Après avoir longtemps défendu la présomption d'innocence et avec les révélations qui se multiplient et ternissent chaque jour un peu plus l'image de l'homme d'affaires, Renault, comme l'Etat français, son premier actionnaire, ne pouvait plus laisser traîner sans nuire aux intérêts du groupe.

«J'ai toujours indiqué, en rappelant la présomption d'innocence de Carlos Ghosn, que s'il devait être durablement empêché, nous devrions passer à une nouvelle étape. Nous y sommes», a déclaré le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, mercredi soir sur LCI. L'Etat français, qui détient 15% du capital et environ 22% des droits de vote, a demandé la convocation d'un conseil d'administration «dans les prochains jours».

La date de dimanche a été évoquée par Le Figaro. Mais jeudi après-midi, aucune convocation n'avait encore été envoyée aux administrateurs, qui doivent être notifiés au moins 48 heures à l'avance. Selon plusieurs sources proches du dossier, la date n'était pas encore définitivement fixée.

«C'est Renault qui décide, pas l'Etat»

«Cela prendra les quelques jours nécessaires mais aucun calendrier précisé n'est arrêté. Le conseil décidera après que le comité des nominations et de la gouvernance aura examiné les candidatures et fait ses recommandations», a précisé jeudi soir Philippe Lagayette, administrateur référent de Renault, dans un entretien au Figaro.

La gouvernance transitoire «fonctionne efficacement» mais «puisque l'indisponibilité du PDG semble devoir durer, nous avons maintenant la responsabilité de prendre des mesures durables», a-t-il dit.

Le nom de Jean-Dominique Senard, 66 ans, qui doit passer la main comme patron de Michelin en mai et qui est apprécié du pouvoir politique, est régulièrement cité dans la presse. «Jean-Dominique Senard est bien sûr un dirigeant très estimable. Mais nous ferons les choses dans l'ordre et quand nous serons prêts», a poursuivi M. Lagayette.

«Ce sont les organes de gouvernance de Renault qui ont les décisions en main. Qu'il n'y ait pas d'ambiguïté: c'est Renault qui décide de sa gouvernance, pas l'Etat, même si nous travaillons en parfaite harmonie», a martelé l'administrateur référent.

Un poste scindé en deux?

M. Le Maire a loué les qualités mercredi de M. Senard, tout en s'abstenant de se prononcer au sujet de son éventuelle candidature. «C'est un grand industriel, un homme qui a une conception sociale de l'entreprise et qui l'a démontré à plusieurs reprises» ainsi qu'«un spécialiste du secteur automobile», a-t-il déclaré.

Scénario souvent évoqué: le poste de PDG de Renault pourrait être scindé en deux, avec un président du conseil d'administration d'un côté et un directeur général exécutif de l'autre, le nom de Thierry Bolloré, nommé il y a un an adjoint de Carlos Ghosn, revenant le plus souvent pour ce dernier poste.

Au-delà de Renault, il faudra un successeur à Carlos Ghosn à la tête de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, premier ensemble automobile mondial, incarné par la société Renault-Nissan BV (RNBV) basée aux Pays-Bas. D'après ses statuts, son patron est choisi par Renault.

Recherche d'un consensus avec Tokyo

Mais on imagine difficilement qu'une nomination ait lieu sans consultation des partenaires japonais. Des émissaires du gouvernement français étaient d'ailleurs à Tokyo jeudi pour chercher un consensus.

Nissan et Mitsubishi ont révoqué le dirigeant franco-libano-brésilien de leurs conseils d'administration dès la fin novembre. Carlos Ghosn a pu défendre pour la première fois sa cause la semaine dernière au tribunal, lors d'une comparution exceptionnelle à sa demande: amaigri et menotté jusqu'à l'entrée dans la salle d'audience, il s'est dit «faussement accusé», démentant les allégations point par point. Le procès de M. Ghosn, qui risque en théorie jusqu'à 15 ans de prison, n'aura pas lieu avant des mois. (afp/nxp)

Créé: 18.01.2019, 00h29

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.