Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 21:30

Asie Le pétrole s'envole après l'annonce de Trump

Les marchés avaient anticipé le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran, tout comme ils prévoient actuellement un resserrement de l'offre.

Vidéo: Keystone

Galerie photo

La crise du nucléaire iranien en images

La crise du nucléaire iranien en images Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Les Européens devraient poursuivre leurs concertations pour sauver le compromis de 2015.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cours du pétrole s'envolaient mercredi en Asie après l'annonce par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran et le rétablissement des sanctions contre Téhéran.

Vers 6h00, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juin, gagnait 1,56 dollar à 70,62 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juillet, prenait 1,81 dollar à 76,66 dollars.

Plusieurs facteurs en jeu

Donald Trump a annoncé le retrait pur et simple des Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien avec un retour de toutes les sanctions. Les marchés avaient anticipé cette annonce - atteignant des plus hauts de plus de trois ans ces derniers jours - et dans un premier temps, les cours ont reculé.

Mais ils ont nettement rebondi en Asie, certains analystes évoquant la possibilité d'un baril à 80 dollars. La hausse est alimentée également par la crise au Venezuela, l'accord OPEP/Russie sur la limitation de la production, une demande mondiale qui a le vent en poupe et des données sur une baisse de la production américaine.

Moins de productivité

«Les marchés sont portés principalement par le refus de Washington de renoncer aux sanctions contre l'Iran, et la perspective d'un resserrement de l'offre dans un marché aux marges de manoeuvres déjà étroites», a jugé Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures à Singapour.

«Les observateurs dressent un parallèle avec le Venezuela, où, après les sanctions, les niveaux de productivité ont décliné et il y avait moins d'offre dans un marché resserré». Certains analystes ont toutefois estimé que l'Iran pourrait être tenté d'augmenter sa production avant l'entrée en vigueur des nouvelles sanctions tandis que la demande mondiale pourrait être alimentée par d'autres grands producteurs.

Mardi à New York, le WTI a cédé 1,67 dollar pour clôturer à 69,06 dollars sur le New York Mercantile Exchange. A Londres, le Brent a terminé à 74,85 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 1,32 dollar. (ats/nxp)

Créé: 09.05.2018, 08h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.