Vendredi 13 décembre 2019 | Dernière mise à jour 05:59

Aviation Pilatus est victime de son succès

Face à la forte demande pour son PC-24, l'avionneur nidwaldien n'accepte plus aucune nouvelle commande.

Le PC-24 est le premier avion à réaction construit par Pilatus, spécialisée jusque-là dans les appareils à hélice.

Le PC-24 est le premier avion à réaction construit par Pilatus, spécialisée jusque-là dans les appareils à hélice. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pilatus est victime de son succès: le Conseil fédéral, le président de Nestlé Peter Brabeck et de nombreux autres veulent avoir son dernier joyau, le biréacteur d'affaires PC-24. Face à la demande, l'avionneur nidwaldien n'accepte plus aucune nouvelle commande.

Pilatus a vendu 84 exemplaires du PC-24 lors de la présentation de l'appareil il y a deux ans. «Nous sommes complets jusqu'à fin 2019», déclare le président de Pilatus Oscar Schwenk dans une interview parue lundi dans le Tages-Anzeiger et dans le Bund.

Le PC-24 est le premier avion à réaction construit par l'entreprise de Suisse centrale, spécialisée jusque-là dans les appareils à hélice. Parmi les clients dont les commandes ont été acceptées se trouvent le Conseil fédéral, Peter Brabeck, des sociétés de locations d'avions et des compagnies charters.

Promesses respectées

Depuis, la première vague de commande, Pilatus n'a plus pris aucun mandat. L'entreprise attend d'avoir toutes les autorisations nécessaires avant de rouvrir son carnet. «Nous devons être sûrs que nous pouvons respecter nos promesses», explique Oscar Schwenk. Mais l'arrêt des commandes a aussi son prix. Des clients ont été perdus, reconnaît-il. «Mais on peut vivre avec, la demande étant assez grande».

Le premier PC-24 sera livré dans une année et demie, en novembre 2017, à la firme américaine Planesense. Le Conseil fédéral ne recevra pas son jet avant la fin de l'été 2018. D'ici là, toutes les maladies d'enfance auront été soignées, estime Oscar Schwenk.

Le nouvel avion du Conseil fédéral coûte 8,9 millions de dollars (8,7 millions de francs), un prix fixe. «Le Conseil fédéral a pensé qu'il pourrait marchander», mais il doit payer le prix normal, selon le président de Pilatus.

Schweizer Standort

Le PC-24 a été entièrement développé en Suisse. La Suisse compte de nombreux avantages, ajoute Oscar Schwenk. Elle offre notamment l'innovation, la qualité du travail et l'absence de grève. Pilatus n'a donc aucune intention de quitter le pays.

Les hauts salaires sont le revers de la médaille. Ils érodent les marges. Ces dernières années, tous les collaborateurs de Pilatus ont reçu 14,5 mois de salaire. C'est beaucoup d'argent, mais ça rapporte cent fois plus à l'entreprise en terme de qualité du travail, relève Oscar Schwenk.

(ats/nxp)

Créé: 06.06.2016, 11h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.