Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:41

Coronavirus en Allemagne Le plan économique le plus massif depuis 1945

Une enveloppe de 822 milliards va être débloquée par Berlin pour lutter contre les effets économiques de la pandémie, du jamais vu depuis la fin de la 2e Guerre mondiale.

Le projet de loi prévoit la création d'un «Fonds de stabilisation économique»

Le projet de loi prévoit la création d'un «Fonds de stabilisation économique» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement allemand compte mettre 822 milliards d'euros de prêts à disposition pour aider les entreprises et les salariés à faire face aux conséquences économiques de la pandémie provoquée par le coronavirus. C'est ce qu'indique un projet de loi obtenu samedi par l'AFP.

Cette enveloppe, appelée à être officiellement adoptée lundi en conseil des ministres, doit notamment aider à financer un Fonds de secours pour les grandes entreprises, prévoyant le cas échéant une nationalisation partielle pour faire face à la crise, et lui-même doté de 600 milliards d'euros, d'après ce texte.

Après avoir déjà mis à disposition il y a une semaine seulement un volume de 550 milliards d'euros de prêts, versés par sa banque publique KfW, pour faire face aux conséquences du virus, le gouvernement a décidé d'aller encore plus loin compte tenu de la propagation toujours plus inquiétante de l'épidémie.

Le projet de loi du ministère des Finances prévoit de désormais remonter ce plafond à 822 milliards d'euros.

Le plus massif depuis la guerre

Il s'agit du plan d'aide économique le plus massif jamais mis en place en Allemagne depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, selon le gouvernement.

Il doit aider au financement de toute une série de mesures sociales, comme le recours au chômage partiel qui devrait toucher environ 2,5 millions de personnes, d'après les dernières projections, ainsi qu'au soutien des entreprises, qui pour beaucoup sont contraintes de cesser ou de ralentir leurs activités. Avec des risques de faillites en cascade.

«Fonds de stabilisation économique»

Pour y faire face, le projet de loi prévoit la création d'un «Fonds de stabilisation économique», qui s'adresse principalement aux grandes entreprises à bout de souffle actuellement.

Il a pour objectif d'«atténuer l'impact économique de la pandémie de coronavirus sur les entreprises» en les aidant à «surmonter leurs difficultés de trésorerie» et en «renforçant leur capital» pour celles dont la faillite «aurait des conséquences énormes sur l'économie nationale et le marché du travail», est-il écrit dans ce texte.

Concrètement, l'Etat allemand aura la possibilité de nationaliser partiellement et provisoirement certaines entreprises pour les aider à passer le cap de la crise liée au coronavirus. Il l'a déjà fait avec le secteur bancaire au moment de la crise financière de 2008/2009.

Selon les médias allemands, la compagnie aérienne nationale Lufthansa, dont une grande partie du trafic est interrompu, pourrait être l'un des premiers candidats à ces opérations de «recapitalisation» de l'Etat. (ats/nxp)

Créé: 21.03.2020, 20h29

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.