Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 16:56

Bourse Le prix du pétrole monte dans un marché sous tension

Outre les violences en Syrie, les opérateurs s’inquiètent de l’évocation répétée par les médias du scénario d’une guerre que pourrait lancer Israël contre l'Iran.

Les prix du pétrole montaient lundi en cours d’échanges européens

Les prix du pétrole montaient lundi en cours d’échanges européens Image: ARCHVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les prix du pétrole montaient lundi en cours d’échanges européens, se hissant à New York à un nouveau sommet depuis trois mois et demi, dans un marché sans volume, toujours soutenus par les tensions entre l’Iran et Israël et guettant les développements dans la zone euro.

Vers 12h30, le baril de Brent de la mer du Nord, échangé sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, pour livraison en octobre valait 114,37 dollars, en hausse de 66 cents par rapport à la clôture de lundi.

Niveau le plus élevé depuis mai

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre gagnait 14 cents à 96,15 dollars, après s’être hissé vers 8h30 96,53 dollars, son niveau le plus élevé depuis le 11 mai.

"Les prix se ressaisissaient quelque peu après leur baisse de vendredi", qui avait été notamment alimentée par des rumeurs faisant état d’une utilisation possible des Etats-Unis de leurs stocks stratégiques pour approvisionner le marché, soulignaient les analystes de Commerzbank.

Cependant, la directrice exécutive de l’Agence internationale de l’Energie (AIE) Maria Van Der Hoeven a indiqué vendredi soir n’avoir pas été contactée à ce sujet par les autorités américaines et a estimé qu’un recours aux réserves stratégiques n’était actuellement pas justifié, selon des propos rapportés par l’agence Dow Jones Newswires.

"Ces commentaires de l’AIE ont donné un coup de pouce aux prix du baril, rappelant que le marché pétrolier mondial est actuellement suffisamment approvisionné", observaient les experts du cabinet viennois JBC Energy. Par ailleurs, "les investisseurs continuent de miser sur une hausse des prix du pétrole, en raison des tensions grandissantes au Moyen-Orient", ajoutaient-ils.

L'Iran visé par des sanctions internationales

Outre les violences en Syrie, les opérateurs s’inquiètent ainsi de l’évocation répétée par les médias israéliens du scénario d’une guerre que pourrait lancer Israël contre les installations nucléaires iraniennes dans les prochaines semaines.

Téhéran, visé par des sanctions internationales -- dont un embargo de l’Union européenne (UE) sur le brut iranien --, continue de nier que son programme nucléaire ait des visées militaires, mais menace également toujours de fermer le détroit d’Ormuz qu’il contrôle et par lequel transite un tiers du trafic pétrolier maritime mondial.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a estimé dimanche que le principal problème du monde islamique restait l’existence d’Israël, qu’il a qualifié "tumeur cancéreuse", un terme employé à plusieurs reprises ces derniers jours par les dirigeants iraniens et condamné par les Occidentaux et les Nations unies.

Les investisseurs continuaient par ailleurs de surveiller la zone euro, alors que le Premier ministre grec Antonis Samaras doit rencontrer cette semaine la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande, et pourrait demander un rééchelonnement du plan d’austérité du pays. (afp/nxp)

Créé: 20.08.2012, 13h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.