Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 03:01

Coronavirus Qantas supprime 6000 emplois

La compagnie australienne supprime plus d’un poste sur cinq. 15'000 employés doivent en outre rester au chômage technique.

Quantas devient «une plus petite compagnie à court terme», selon son directeur.

Quantas devient «une plus petite compagnie à court terme», selon son directeur. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé jeudi la suppression de 6000 emplois et le maintien au sol d'une centaine d'appareils pendant un an. Ces mesures visent à économiser plus de 9 milliards d'euros sur trois années «d'activité réduite».

«Nous devons nous mettre en position pour plusieurs années où le chiffre d'affaires sera bien moindre. Et cela signifie de devenir une plus petite compagnie à court terme», a affirmé dans un communiqué le directeur général Alan Joyce, commentant la suppression de plus d'un poste sur cinq. La chute de la demande avait déjà forcé Qantas à suspendre jusqu'en octobre tous ses vols internationaux, en dehors de ceux vers la Nouvelle-Zélande.

Défi du Covid

«Le Covid représente le plus grand défi auquel le transport aérien ait jamais été confronté dans le monde», a écrit le groupe. «Le plan est conçu pour prendre en compte l'incertitude qu'entraîne la crise, préservant autant d'actifs et de compétences clés que le groupe peut raisonnablement conserver», a-t-il estimé.

Sur les 29'000 salariés du groupe actuellement, 15'000 doivent rester au chômage technique jusqu'au retour des vols internationaux. Pour traverser cette crise, le groupe compte également lever 1,9 milliard de dollars australiens (1,23 milliards de francs) en émettant des actions nouvelles. Les suppressions d'emplois vont concerner Qantas et sa filiale «low cost» Jetstar.

Raisonnablement optimiste

La compagnie s'est dite raisonnablement optimiste pour son avenir. «Près de deux tiers de nos bénéfices d'avant la crise provenaient du marché national, qui a des chances de se remettre le plus rapidement», a souligné M. Joyce. «Nous sommes numéro un sur les liaisons classiques et à bas coût en Australie, où les distances rendent le transport aérien essentiel».

Son seul concurrent australien, Virgin Australia, s'est mise en cessation de paiements en avril, et discute avec deux repreneurs potentiels, Bain Capital et Cyrus Capital Partners.

(ats/Le Matin)

Créé: 25.06.2020, 08h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.