Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 00:12

Bourse Qu’est-ce qui fait flancher l’action Apple?

Le titre du créateur de l’iPhone et de l’iPad connaît des moments difficiles en bourse. Il a bientôt perdu un quart de sa valeur. Le ver serait-il dans le fruit? Pas impossible.

En moins de deux mois, l’action a flanché de 22%.

En moins de deux mois, l’action a flanché de 22%. Image: Keystone

En août

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La valeur du titre Apple a été multipliée par six en quatre ans. Mais depuis la mi-septembre, le cœur n’y est plus.

En moins de deux mois, l’action a flanché de 22%. D’un peu plus de 700 dollars, elle n’en vaut plus que 540 actuellement.

Le début de la fin d’un succès incontestable? Les choses sont plus compliquées, expliquent Les Echos.

Le quotidien économique rappelle que le titre a flambé en début d’année. Une partie des investisseurs ont donc décidé de prendre ses bénéfices.

L’élection de Barack Obama aurait jeté de l’huile sur le feu aussi. Avec ses velléités d’accroître la fiscalité du capital, le président américain a joué les épouvantails sur les marchés.

A l’interne

Mais une bonne partie de l’explication de ce début de descente aux enfers se trouve chez Apple elle-même, selon Les Echos.

Jusqu’ici, la firme créée par Steve Jobs a démontré sa faculté à générer des volumes croissants de bénéfices. Mais ses dirigeants ont reconnu en octobre que leur copie resplendirait moins ces prochains mois.

Pire: les marges du trimestre actuel ne seront pas meilleures que celles de l’an dernier. Du jamais vu pour un trimestre de Noël, soulignent encore Les Echos.

Cette situation s’explique. Apple a multiplié les lancements de produits ces dernières semaines. Avec tout ce que cela implique de coûts.

Question de relai

En clair, Apple se bat dans un secteur toujours plus concurrentiel. La firme de Cupertino y laisse des plumes face à Samsung dans le domaine du smartphone. Et dans celui des tablettes, sa domination s’érode.

«Les attentes des marchés restent fortes [sous l’angle financier] alors qu’il est de plus en plus difficile pour la firme d’y répondre», explique à Bloomberg un analyste américain.

Les Echos font même l’hypothèse que le mal pourrait être plus profond. Après l’iPhone et l’iPad, un an après la mort de Steve Jobs, l’avenir d’Apple n’est pas franchement limpide.

«Les marchés s’interrogent sur ce que sera le prochain relai de croissance du groupe, qui permettra de soutenir l’action à moyen terme», constate une gestionnaire de fonds.

Créé: 13.11.2012, 10h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.