Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 15:34

Inégalité Répartition des richesses: la Suisse est pire que des dictatures

La Suisse est un pays riche mais la répartition des richesses y est une des pires au monde. Même si le pays se montre déjà plus égalitaire dans les revenus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse occupe une place peu envieuse dans un classement économique: celui de la répartition de la fortune. A la lumière du coefficient de Gini, qui calcule cette inégalité, la Suisse a tout d'une oligarchie qui voit les fortunes se concentrer dans quelques mains.

Selon le coefficient de Gini, qui démontre l'inégalité de répartition entre 0 (égalité parfaite) et 1 (toutes les fortunes sont nulles sauf une), la Suisse affiche un taux de 0,846, dépassant ses voisins plus imposants que sont la France et l'Allemagne. Elle fait même «mieux »que les États-Unis pourtant largement décriés et enfonce des nations comme le Vietnam (0,682), la Russie (0,699) ou le Pakistan (0,698).

Ventilé par canton, Bâle-Ville serait particulièrement concernée par l'accumulation des richesses avec un taux de 0,919, comme le relève l'Aargauer Zeitung. La présence des familles fondatrices de géants pharmaceutiques comme Roche ou Novartis n'y est sans doute pas étrangère. Le demi-canton précède de peu Genève au classement.

Peu de richesse pour beaucoup

La situation s'est à peine améliorée depuis 2003 puisque selon une autre analyse, Bâle-Ville affichait alors un coefficient de Gini de 0,903. Ce phénomène de concentration des richesses frappe toute la Suisse. Même le canton d'Uri, dont le coefficient est le plus faible avec 0,731. La situation s'y est encore accentuée, car en 2003, le canton affichait un coefficient de 0,694.

Le Département fédéral des Finances le relevait dans une étude parue fin 2011, lorsqu'il notait qu'il y avait «peu de richesse pour beaucoup et beaucoup de richesse pour peu».

La Suisse retrouve toutefois des couleurs dès que l'on applique le coefficient de Gini aux revenus et là, le pays se montre bien plus égalitaire que d'autres nations. La situation s'est même légèrement améliorée par rapport à 2003. Pas sûr que cela influence beaucoup les électeurs à l'heure de voter sur les salaires minimums.

Créé: 10.05.2014, 17h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.