Mercredi 3 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:17

Las Vegas Un rêve de tech, à la fois si proche et si lointain

Le Consumer Electronic Show (CES) bat son plein cette semaine. Etat des lieux non exhaustif des applications actuelles et futures liées à la 5G.

L'internet des objets se matérialise peu à peu. Ici, un assistant personnel pilotable à la voix et personnalisé via un avatar.

L'internet des objets se matérialise peu à peu. Ici, un assistant personnel pilotable à la voix et personnalisé via un avatar. Image: AP - John Locher

Quatre objets repérés dimanche

Pare-brise algorithmique

Bosch, le géant allemand de l'ingénierie, a dévoilé "Virtual Visor", une technologie qui s'intègre au pare-brise et utilise l'intelligence artificielle, la reconnaissance faciale et un affichage à base de cristaux liquides pour protéger les conducteurs éblouis par le soleil. Une caméra suit les ombres sur le visage de la personne au volant et des algorithmes analysent sa vision pour obscurcir seulement les zones du pare-brise d'où vient la lumière aveuglante.

Je pense donc je joue

La start-up française NextMind a réinventé le mythique jeu vidéo de la chasse aux canards de Nintendo: sans pistolet électronique ni manette, le joueur n'a qu'à se concentrer intensément sur le canard pixellisé volant pour le foudroyer, littéralement, du regard. En portant un bandeau sur le crâne avec des capteurs à l'arrière - au niveau du cortex visuel - on peut aussi sélectionner des commandes à l'écran, comme des chaînes de télévision ou le volume sonore.

De l'électricité dans l'air

Teratonix propose de générer de l'électricité à partir des ondes électro-magnétiques pour alimenter les capteurs domestiques ou urbains, qui se multiplient à l'ère de l'internet des objets. Il n'y aurait ainsi plus besoin de câbles ou de piles dans ces petits boîtiers qui mesurent la température ou les mouvements, par exemple.

Une lampe qui met les points sur les i

La dyslexie n'est pas une maladie, c'est un trouble de la lecture, qui ne peut pas être «guéri», martèle Lexilife, une société bretonne. Les dyslexiques ont deux yeux dits «dominants» au lieu d'un seul, d'où une sorte d'effet «miroir» qui brouille la vue et rend plus difficile la distinction entre les b et les d, par exemple. La lampe conçue par Lexilife émet une lumière pulsée et modulée qui supprime cet effet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À la grand-messe des gagdets hi-tech de Las Vegas, la 5G est sur toutes les lèvres, mais sur bien peu d'appareils. Le Consumer Electronic Show (CES) va néanmoins apporter du carburant à l'imagination, la nouvelle génération de téléphonie mobile ayant le potentiel de modifier en profondeur nos façons de circuler, de produire ou de nous soigner.

Etat des lieux non exhaustif des applications actuelles et futures de la 5G.

Le divertissement en tête

Dans le monde, une vingtaine de pays ont déployé des réseaux 5G, selon Qualcomm. Le fabricant américain de puces estime que 2,4 milliards d'abonnés peuvent théoriquement utiliser la 5G, selon l'endroit où ils se trouvent – et s'ils ont un téléphone adapté.

«Beaucoup de smartphones 5G vont être dévoilés au CES, ainsi que des ordinateurs portables et des tablettes», estime Mikako Kitagawa, analyste chez Gartner. «Mais il faudra peut-être attendre le printemps ou l'été pour qu'ils soient disponibles.» Les amateurs de jeux vidéo et de série seront les premiers gagnants: télécharger un film en 4K prendra quelques secondes, même sans wifi.

«A court terme, les vidéos vont gagner en résolution. Puis la 5G permettra de créer des contenus plus immersifs. Sur le long terme, elle peut aider à réaliser des hologrammes qui seront plus interactifs», énumère Jefferson Wang, spécialiste de la 5G chez Accenture.

En Corée du Sud, pays le plus avancé au monde en utilisation de la 5G, les abonnés «peuvent par exemple avoir un rendez-vous virtuel avec une star de la K-pop (pop coréenne, ndlr)», mentionne-t-il.

Finie la nausée

«La 5G va entrer dans une phase commerciale», assure Steve Koenig, vice-président de la Consumer Technology Association, qui organise le show annuel. «Il y aura beaucoup d'appareils compatibles, comme des lunettes à réalité augmentée».

La réalité augmentée, gourmande en bande passante, permet de projeter des images sur un lieu réel, comme par exemple un meuble virtuel dans son salon ou du maquillage sur son visage, via un smartphone.

La 5G devrait aussi faire décoller la réalité virtuelle (VR). Jusqu'à présent, les casques immersifs n'ont pas conquis la grande consommation, notamment à cause de leur prix et des problèmes de nausée.

«La 5G va réduire la latence et donc les nausées, démultiplier les possibilités en termes d'applications et permettre de connecter plusieurs appareils à la fois», considère M. Wang.

Mais il va encore falloir au moins deux ans avant que ces réalités augmentée ou virtuelle ne prennent corps dans nos quotidiens, selon les experts.

Santé, mobilité, données

La 5G, c'est la promesse (ou la menace) du tout connecté, avec une explosion de la circulation des données, en termes de volume et de vitesse.

Elle doit faciliter le développement des voitures sans conducteurs, qui pourront échanger des données entre elles - et potentiellement avec le mobilier urbain - sans passer par les serveurs.

SK Telecom, un opérateur sud-coréen, a prévu de présenter au CES un service de cartographie qui collecte et analyse en temps réel les informations sur la circulation, grâce à des capteurs installés sur les voitures. Le but est de construire l'infrastructure nécessaire au bon fonctionnement des voitures autonomes dans Séoul.

Côté santé, «la 5G permet des choses très sophistiquées, comme la chirurgie à distance, qui nécessite des très hauts débits et une latence ultra faible», explique John Smee, vice-président de Qualcomm responsable de la recherche sur la 5G.

«Mais on voit aussi les médecins avec des tablettes et bientôt la réalité augmentée pour avoir toutes les informations à portée de main quand il faut prendre des décisions. C'est le meilleur des deux mondes», ajoute-t-il.

Monde «post-smartphone»

L'internet des objets se matérialise déjà, mais la 5G doit lui apporter une autre dimension. «On va assister à une prolifération des appareils connectés, au-delà du smartphone», prédit John Smee.

Au CES, la start-up coréenne Linkflow propose de tester sa dernière «caméra-collier», qui permet de filmer ses vacances en 360°, voire de les diffuser en direct, via la 5G.

Un autre exposant, Innowave, a équipé d'une puce 5G son traqueur miniature, qui peut servir à «localiser sa voiture sur le parking ou son enfant en mouvement».

Selon Jefferson Wang, nous allons passer de l'ère de la convergence, où le smartphone sert aussi bien d'ordinateur que de lecteur de musique, à celle de la divergence, où d'autres objets et accessoires connectés nous évitent de regarder constamment l'écran dans nos mains.

«Le smartphone sera toujours essentiel, mais certaines fonctions vont pouvoir en être extraites et incarnées par de nouveaux produits», analyse-t-il. «Ils vont nous emmener vers un monde post-smartphone.» (AFP/Le Matin)

Créé: 06.01.2020, 13h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.