Lundi 27 mai 2019 | Dernière mise à jour 11:27

Economie Royaume-Uni: croissance en baisse pour 2019

Face à l'incertitude du Brexit notamment, l'économie britannique devrait poursuivre son ralentissement cette année.

Les pro et les anti-Brexit fêtent la défaite de May au Parlement.

Galerie photo

Le Royaume-Uni prépare le Brexit

Le Royaume-Uni prépare le Brexit La Première ministre britannique Theresa May peine à négocier une sortie ordonnée de l'Union Européenne, qui doit intervenir le 31 octobre 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La croissance du Royaume-Uni devrait être limitée à 1,2% en 2019, selon des chiffres officiels présentés mercredi par le ministre des Finances. Philip Hammond a évoqué la persistance d'un «nuage d'incertitude» après le rejet par le Parlement de l'accord de Brexit.

L'institut public OBR a nettement abaissé sa prévision pour cette année, puisqu'il attendait encore 1,6% en octobre, l'économie britannique souffrant des remous sur le Brexit et de l'essoufflement de la croissance mondiale.

Prudence des ménages

Les prévisions de croissance ont cependant été maintenues à 1,4% pour 2020 et légèrement relevées à 1,6% pour 2021 et 2022, selon Philip Hammond, qui présentait sa déclaration budgétaire de printemps devant la Chambre des Communes. Ce qui ouvre des perspectives un peu meilleures que lors de la précédente estimation pour l'ensemble des cinq prochaines années.

L'économie devrait donc poursuivre son ralentissement cette année, déjà freinée depuis plusieurs trimestres par la prudence des ménages et des entreprises compte tenu des incertitudes sur la forme que prendra le Brexit, prévu pour le 29 mars.

«Nuage d'incertitude»

Le rejet par le Parlement britannique mardi soir de l'accord de Brexit négocié entre l'UE et la Première ministre Theresa May n'a rien fait pour éclaircir l'horizon.

«Le vote de la nuit dernière laisse en place le nuage d'incertitude qui plane au-dessus de notre économie et notre tâche la plus urgente dans cette Chambre est de lever cette incertitude», a expliqué Philip Hammond devant les députés, qui doivent désormais se prononcer dans la soirée sur un éventuel Brexit sans accord.

Le ministre des Finances a rappelé qu'un divorce brutal avec l'UE «entraînerait de sérieuses perturbations à court et moyen terme, et une économie un peu moins prospère sur le long terme». Il a ainsi appelé les députés «à mettre de côté nos différences et à chercher un compromis dans l'intérêt national».

Si le Parlement écarte l'option d'un Brexit sans accord, les députés devront voter jeudi soir sur un éventuel report du Brexit, au moment où les milieux d'affaires ont fait part de leur exaspération quant à l'absence de clarté sur la sortie de l'UE. (ats/nxp)

Créé: 13.03.2019, 15h56

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.