Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:35

Enquête Seul un travailleur sur quatre a un emploi stable

Une étude de l'Organisation internationale du travail indique que seulement un quart des travailleurs à travers le monde a un emploi stable.

Plus de 60% des travailleurs sont privés de tout contrat de travail, la plupart d'entre eux étant établis à leur compte ou contribuant au travail familial dans les pays en développement.

Plus de 60% des travailleurs sont privés de tout contrat de travail, la plupart d'entre eux étant établis à leur compte ou contribuant au travail familial dans les pays en développement. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Seulement un quart des travailleurs dans le monde ont un emploi stable, indique l'étude annuelle sur l'emploi publiée mardi par l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève.

Ce rapport, qui couvre 180 pays totalisant 84% de la main-d'oeuvre mondiale, relève que les trois quarts de ces travailleurs ont des contrats temporaires ou de courte durée, des emplois informels souvent sans contrat ou dans des emplois familiaux non rémunérés.

60% des travailleurs sans contrat

«Ces tendances nouvelles sont le reflet de l'insécurité qui touche les travailleurs dans le monde aujourd'hui», a commenté pour les journalistes Guy Ryder, le directeur général de l'OIT.

Plus de 60% des travailleurs sont privés de tout contrat de travail, la plupart d'entre eux étant établis à leur compte ou contribuant au travail familial dans les pays en développement.

Parmi les travailleurs salariés, moins de la moitié (42%) travaillent dans le cadre d'un contrat à durée indéterminée.

Énormes disparités

Il y a de fortes disparités selon les régions. Dans les économies développées et en Europe centrale et du Sud-Est, environ huit travailleurs sur dix sont des employés alors qu'en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, le chiffre est plutôt de deux sur dix.

«Ce passage que nous constations des formes classiques d'emploi à ces formes inhabituelles est dans de nombreux cas associé à la montée des inégalités et de la pauvreté dans de nombreux pays», a souligné M. Ryder.

L'écart de revenus entre travailleurs permanents et travailleurs temporaires s'est accentué au cours de la dernière décade, il s'élève par exemple à 65% en Uruguay et à 43% aux Philippines.

Mieux protéger les travailleurs

Le rapport demande aux Etats de renforcer leur législation pour mieux protéger les travailleurs contre des traitements arbitraires et non équitables.

«En Europe, la protection des travailleurs a généralement diminué depuis 2008, quand la crise financière globale a commencé», affirme le rapport. Cette crise a conduit à une forte augmentation du travail à temps partiel, notamment pour les femmes entre 2008 et 2013.

Le rapport note toutefois une amélioration quant au nombre de travailleurs sous le seuil de pauvreté. Il y a vingt ans, la moitié des travailleurs dans le monde gagnaient moins de deux dollars par jour. Ce chiffre est de 25% en 2014. 10% des travailleurs dans le monde ont dû se contenter d'un revenu quotidien inférieur à 1,25 dollar en 2014.

(afp/nxp)

Créé: 19.05.2015, 03h16

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.