Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:01

Marchés financiers Peu de Suisses se risquent aux cryptomonnaies

Les Helvètes sont peu enclins à investir dans les monnaies virtuelles, selon une étude publiée mercredi.

Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bitcoin et d'autres monnaies virtuelles ont fait couler beaucoup d'encre après avoir vu leur cours exploser, mais sont encore peu considérées par les Suisses comme un véhicule d'investissement. C'est ce que révèle une étude réalisée par l'institut de sondage Gfk.

Les cryptomonnaies ne sont pas des devises au sens propre du mot, mais des objets de placement, au même titre que les actions, les obligations ou les métaux précieux. Toutefois, elles ne sont considérées comme telles par une minorité de Suisses.

Sur les plus de 1500 personnes sondées, seuls 8% disent avoir investi dans le bitcoin, les autres cryptodevises suscitant encore moins d'intérêt, révèle le sondage effectué sur mandat du comparateur en ligne Moneyland.ch et publié mercredi.

Parmi les rares investisseurs helvétiques dans les cryptomonnaies, les jeunes sont surreprésentés. Dans le groupe des 19-25 ans, 14% ont investi dans le bitcoin, et pour celui des 26-49 ans, 10%. Le taux tombe à 4% pour les 50-74 ans.

Femmes plus prudentes

Les investissements en bitcoins et consorts ont globalement plus la cote en Suisse romande (10%) qu'outre-Sarine (7%), et s'avèrent plus populaires auprès de la population masculine que féminine.

«Les femmes sont de manière générale plus retenues et plus prudentes que les hommes à l'heure d'investir», écrivent les auteurs de l'étude. Cela est particulièrement le cas pour les actions. Alors que près de trois femmes sur quatre disent ne pas en posséder, chez les hommes la proportion est d'à peine un sur deux. (ats/nxp)

Créé: 30.05.2018, 09h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.