Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 07:17

Crise de la dette Super Mario veut plus de démocratie en Europe

La crise financière fait office de révélateur. Elle souligne le déficit démocratique de l’Europe. Propos altermondialiste? Au contraire, celui de Mario Monti, président du Conseil maître d’œuvre des réformes en Italie.

«Il est important que les citoyens soient assurés que la décision prise à l'échelle européenne est bien une projection de la démocratie au niveau national», juge Mario Monti.

«Il est important que les citoyens soient assurés que la décision prise à l'échelle européenne est bien une projection de la démocratie au niveau national», juge Mario Monti. Image: Keystone

L'ouvrage

Mario Monti sort ce mois chez Flammarion un ouvrage intitulé «De la démocratie en Europe». Il est cosigné par la députée européenne Sylvie Goulard.

Le 27 octobre dernier

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On se demande comment il a bien pu trouver le temps: Super Mario sort un livre en plein marasme économique («De la démocratie en Europe», lire ci-contre).

Celui qui est parvenu à stabiliser la situation en Italie fait de la démocratie une priorité. La crise a «révélé un certain déficit démocratique», constate-t-il.

Dans Le Figaro, il explique que le contexte de «sacrifices douloureux» vécu par les populations a ses exigences: «Il est important que les citoyens soient assurés que la décision prise à l'échelle européenne est bien une projection de la démocratie au niveau national.»

«Sinon, estime l’ancien commissaire européen, cela donne l'impression que le système démocratique national ne décide plus rien, et que le système européen prend des décisions avec une base démocratique indirecte. Il nous faut donc une démocratie plus complète.»

Avec ce qui existe

Comme l’Allemagne, Mario Monti reconnaît la nécessité de modifier les traités européens. Mais «dans le long terme». Il juge possible de «déjà faire beaucoup» sur la base de l’arsenal juridique existant.

Le réformateur de l’Italie post-Berlusconi se montre ouvert à la discussion. Mais il souhaite aussi que l’Europe puisse s’éviter les psychodrames qui pourraient découler de nouveaux traités.

Sur la question des eurobonds, il adopte une approche moyenne: ni les exclure des discussions, ni les adopter maintenant. Une cartouche en réserve, en quelque sorte.

A l’échelle continentale, l’économiste sans parti en appelle surtout au retour du politique. «Après un an passé à la table du Conseil européen, je trouve qu’on a trop de discussions techniques sur la crise financière et qu’on ne parle pas assez de politique.»

Londres et Berlin

Interrogé sur l’Allemagne, le Président du Conseil italien juge que le «rôle de leadership est inévitable et souhaitable» dans une Europe à vingt-sept.

«Mais, précise-t-il, j’aimerais une Europe où les moins forts économiquement aient moins souvent besoin d’invoquer l’argument de solidarité car les forts auraient spontanément conscience qu’il y va de leur intérêt…»

L’Italien, inspirateur de la rigueur «made in Italy», regrette aussi que la Grande-Bretagne prenne ses distances avec l’Europe.

«La contribution des Britanniques est importante parce qu'ils ont une culture du marché, de la concurrence, de la compétitivité qui nous fait souvent défaut. Leur point de vue est aussi souvent partagé au Nord de l'Europe et dans les pays de l'Est.»

Créé: 14.11.2012, 08h36

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.