Mardi 25 septembre 2018 | Dernière mise à jour 12:19

Etats-Unis Talc à l'amiante: Johnson & Johnson condamné

Vingt-deux femmes accusent l'entreprise Johnson & Johnson d'avoir vendu du talc ayant provoqué des cancers chez elles. La justice a tranché en leur faveur.

Les plaignantes affirmaient que l'utilisation du talc pour leur toilette intime avait provoqué des cancers des ovaires.

Les plaignantes affirmaient que l'utilisation du talc pour leur toilette intime avait provoqué des cancers des ovaires. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson (J&J) s'est vu condamner jeudi à verser 4,69 milliards de dollars de dommages dans un procès intenté par 22 femmes et leurs familles, qui accusaient un talc vendu par le groupe d'avoir provoqué les cancers dont elles ont été victimes. Il s'agit d'un nouveau rebondissement dans ce dossier pour lequel plusieurs milliers d'actions en justice ont été intentées contre J&J.

Selon l'avocat représentant les victimes, Mark Lanier, un jury composé de six hommes et six femmes d'un tribunal de St. Louis (Missouri) a décidé de condamner le groupe pharmaceutique après six semaines de procès et huit heures de délibéré. Les dommages se composent de 550 millions de dollars en dommages compensateurs et plus de 4,1 milliards de dollars de dommages punitifs.

Cancer des ovaires

Les plaignantes affirmaient que l'utilisation du talc pour leur toilette intime avait provoqué des cancers des ovaires. «Depuis plus de 40 ans, Johnson & Johnson a dissimulé les preuves de la présence d'amiante dans ses produits», a accusé M. Lanier dans un communiqué. «Nous espérons que ce verdict attirera l'attention du conseil d'administration de J&J et l'incitera à mieux informer la communauté médicale et le public du lien entre l'amiante, le talc et le cancer des ovaires», a-t-il poursuivi, en demandant au groupe pharmaceutique de retirer les produits concernés du marché.

Dans un communiqué, J&J s'est dit «profondément déçu par le verdict». Celui-ci «résulte d'un processus inéquitable qui a vu les plaignants représenter un groupe de 22 femmes dont la plupart n'ont pas de connexion avec le Missouri mais qui ont été rassemblées dans un seul cas et affirmant toutes qu'elle ont développé un cancer des ovaires», a dit le groupe.

«Le verdict, qui a accordé le même montant de dommages à chacune des plaignantes sans tenir compte de leur cas individuel et des différences juridiques, reflète le fait que les preuves présentées dans cette affaire ne pouvaient tenir face aux préjugés que comporte ce genre d'instruction».

Pas d'amiante

J&J a réaffirmé que le talc qu'il commercialise ne contient pas d'amiante et ne provoque pas de cancer des ovaires, en faisant part de son intention de recourir «à toutes les procédures d'appel à sa disposition».

Plusieurs procès se sont déjà tenus pour les mêmes motifs et une cour d'appel de Los Angeles (Californie) avait notamment donné raison en octobre dernier à J&J en rejetant une condamnation de 417 millions de dollars de dommages et intérêts, estimant que les arguments de la plaignante étaient insuffisants et vagues. (ats/nxp)

Créé: 13.07.2018, 07h05

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.