Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 21:00

Ecologie Un bout de tissu et c'est dans le sac!

Une Jurassienne lance un sac réutilisable pour les fruits et légumes, conçus en ateliers protégés. La demande grimpe, mais les grandes surfaces ne sont pas près de l’adopter.

Vidéo: Laura Juliano

Suivez-nous sur Youtube!

Retrouvez tous les reportages vidéo du "Matin" sur notre chaîne Youtube!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les machines à coudre vrombissent, le tissu défile, les visages sont radieux mais concentrés. Depuis quelques mois, les employés des Ateliers Protégés Jurassiens s’activent avec fierté pour une bonne cause. Chaque semaine, ils confectionnent une centaine de sacs «Sakeco», des pochettes en tissu (un mélange de coton et polyesters) destinées à l’achat de fruits et légumes. En l’espace de trois mois, la production a quadruplé.

L’initiative, lancée en décembre par Marlène Linder Lovis, a pris des proportions inespérées. «Au départ, c’était un petit projet familial, sourit-elle. Aujourd’hui, nous faisons face à une avalanche de commandes provenant de toute la Suisse romande, ce n’est pas facile à suivre…» Pour tenir le rythme sans en imposer trop aux employés en situation de handicap qui ont conçu à ce jour plus de 2000 «Sakeco», l’éducatrice imagine déjà une collaboration intercantonale entre plusieurs ateliers. «S’il y a une telle demande, c’est que les gens en ont marre que rien ne bouge: ils prennent les devants.»

L’impact écologique des sacs plastiques à usage unique, distribués en masse dans les supermarchés, est au cœur d’un débat de longue haleine. Le 22 septembre, le Parlement a finalement renoncé à les interdire. Non forcés d’aller jusqu’à la prohibition, Coop et Migros (qui à eux seuls en distribuent quelque 240 millions chaque année) ont choisi de les taxer 5 centimes dès cet automne et d’opter pour un matériau recyclable. Mais le plastique demeure gratuit aux rayons fruits et légumes.

Boudé par les grandes surfaces

Si plusieurs magasins jurassiens ont paré leurs rayons de sacs «Sakeco», les grandes surfaces s’en passent très bien. Migros applaudit l’initiative mais n’est en effet pas près de renoncer aux traditionnels sacs plastiques dans ses rayons primeurs. «Nous venons de franchir une grande étape au niveau national qui faisait partie de nos priorités et fait sens dans la mesure où il s’agit d’une solution de branche. Ceci, en revanche, n’est pas à l’ordre du jour, indique Tristan Cerf, porte-parole de Migros. Les coopératives régionales sont libres de proposer des alternatives, comme c’est le cas actuellement à Migros Zurich qui vend des «Veggie-Bags» en polyester. Les autres observent ce test avec intérêt. Mais pour l’instant, concernant la vente en vrac, rien n’empêche nos clients de venir avec leur propre contenant, un sac en tissu, voire d’en acheter en rayon dans le matériau de leur choix.»

Même son de cloche du côté de Coop qui émet une réserve toutefois quant au polyester. «Ce serait remplacer un sac en plastique par un autre, note Ramón Gander, porte-parole. Si nous adoptons de nouveaux sacs, il nous importe qu’ils apportent une véritable plus-value écologique.»

La Suisse est peut-être bonne élève en matière de recyclage, mais elle est loin d’être un exemple en termes de production de détritus. Avec ses 729 kg de déchets urbains annuels par habitant, elle se place au second rang, derrière le Danemark, des plus grands producteurs d’ordures d’Europe. C’est cette vision d’horreur qui a produit le déclic. «Il y a des situations catastrophiques qui nous dépassent en tant que citoyens, regrette la Marlène Linder Lovis. Mais pour le plastique, on a trouvé un moyen d’agir à notre échelle. Et ça, tout le monde peut le faire!» (Le Matin)

Créé: 03.10.2016, 12h38

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.