Lundi 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour 11:25

Management Torses nus et méthodes militaires

Choisis pour leur physique de mannequin, les employés des magasins Abercrombie sont soumis à une discipline de fer. Des courriels internes créent la polémique.

Dans les magasins Abercrombie & Fitch (ici à Singapour), les clients sont accueillis par de jeunes éphèbes au torse nu.

Dans les magasins Abercrombie & Fitch (ici à Singapour), les clients sont accueillis par de jeunes éphèbes au torse nu. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour travailler chez Abercrombie & Fitch, il faut avoir les abdos saillants et les nerfs solides. La marque fétiche des 15-25?ans, célèbre pour ses vendeurs au physique de mannequin (les «models»), se voit aujourd’hui reprocher d’imposer à ses employés un régime quasi militaire.

A l’origine de la polémique, des courriels internes publiés par le Corriere della Sera. L’un d’eux, transmis aux 200 employés milanais, annonce quelle punition attend désormais celui ou celle qui range mal une pile de T-shirts, oublie de sourire à un client ou n’obéit pas à un ordre: «A partir d’aujourd’hui, chaque erreur sera sanctionnée par une série de dix pompes. Cela nous encouragera à nous améliorer et à apprendre de nos erreurs.» Si la marque américaine n’a pas souhaité commenter ces messages, un employé anonyme interrogé par le Corriere della Sera a admis qu’il avait dû «faire beaucoup de pompes» depuis l’instauration de la règle, en avril dernier.

Modèle américain

«Si c’est cela le modèle américain de management, alors nous n’en voulons pas», a observé Graziella Carneri, représentante de la CGIL, l’un des principaux syndicats de la Péninsule. Ajoutant qu’un tel règlement contrevenait à la «dignité des employés». Dans le passé, les méthodes de management d’Abercrombie ont déjà fait couler de l’encre. Et en particulier la très stricte look policy («politique de l’apparence») imposée aux employés: défense pour les hommes d’arborer barbe ou parfum, interdiction faite aux femmes de porter ongles longs, eye-liner, bijoux et cheveux teints.

Une obsession de la perfection qui a pu friser parfois avec la discrimination: une ex-employée londonienne, qui se plaignait d’avoir été «placardisée», puis renvoyée à cause de son handicap à un bras, a gagné en 2009 son procès contre la firme. Il n’y a d’ailleurs pas que l’apparence qui soit strictement réglementée chez Abercrombie: aux Etats-Unis, un document interne précise que «les relations amicales entre responsables et subordonnés sont strictement interdites», et qu’il est défendu de flirter entre vendeurs sans en avertir le responsable des ressources humaines.

Voilà qui pourrait faire réfléchir celles et ceux qui rêvent d’exercer leurs talents dans le magasin que la marque prévoit d’implanter à Zurich dans un avenir proche. (Le Matin)

Créé: 19.03.2012, 22h44

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.