Mardi 10 décembre 2019 | Dernière mise à jour 02:14

Négociations pour 2020 Travail.Suisse exige une hausse des salaires

La reprise économique est là et les travailleurs n'en n'ont pas vu la couleur. Travail.Suisse souhaite une augmentation des salaires de 2% l'an prochain.

Les négociations salariales ont d'ores et déjà «échoué» dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, a annoncé Hotel & Gastro Union.

Les négociations salariales ont d'ores et déjà «échoué» dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, a annoncé Hotel & Gastro Union. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les salaires doivent augmenter d'au moins 2% lors des négociations salariales de cet automne, a affirmé Travail.Suisse mardi à Berne. Les travailleurs ont subi des pertes de salaires réels ces deux dernières années en raison du renchérissement.

Cela faisait longtemps que l'évolution économique des dernières années n'avait pas été aussi bonne, rappelle l'organisation dans un communiqué. Ces deux dernières années, l'économie a augmenté de 4,2% et les prévisions indiquent une croissance stable de 1,2% pour cette année et de 1,7% pour 2020.

Les travailleurs n'ont toutefois pas vu la couleur de cette reprise économique. Les augmentations salariales sont restées extrêmement modestes et le renchérissement les a complètement absorbées, explique Gabriel Fischer, responsable de la politique économique chez Travail.Suisse. Sans compter la hausse des primes d'assurance maladie.

Dans ce contexte, Travail.Suisse et les fédérations affiliées Syna, transfair et Hotel & Gastro Union demandent «des augmentations de salaire substantielles au début de l'an prochain». Les négociations ne doivent pas se contenter de compenser le renchérissement et les pertes de salaires réelles mais surtout permettre aux travailleurs de participer à la croissance économique.

Pour Syna, la hausse d'au moins 2% doit concerner «tous les travailleurs», alors que transfair exige «des augmentations de salaires adéquates».

Offensive pour les femmes

En cette année marquée par la grève des femmes, il faut notamment «déclencher une offensive salariale» dans les professions employant une proportion particulièrement élevée de femmes, comme le commerce de détail, la restauration, les salons de coiffure ou le secteur de la santé, insiste la vice-présidente de Syna, Irene Darwich.

«On ne peut plus accepter que le salaire d'une femme soit en moyenne inférieur de plus de 1500 francs à celui d'un homme», ajoute-t-elle. Dans ce contexte, Syna attend que les entreprises, indépendamment de leur taille, examinent tous les deux ans leurs salaires pour débusquer les discriminations et qu'elles compensent immédiatement les différences de salaire inexplicables.

La révision de la Loi sur l'égalité impose désormais aux entreprises de plus de cent employés d'effectuer une analyse de l'égalité salariale chaque quatre ans, sans toutefois prévoir de sanction.

Hausses générales

Les syndicats demandent également des hausses des salaires minimaux. Les travailleurs aux revenus les plus bas ont été particulièrement touchés ces dernières années par la stagnation salariale, explique Travail.Suisse.

Le syndicat demande par ailleurs des hausses «régulières» de salaires - en lieu et place de bonus - et un retour à davantage d'augmentations de salaires générales - plutôt que des mesures individuelles.

Car, si seul un tiers des augmentations de salaires étaient accordées individuellement il y a dix ans, la proportion s'est complètement inversée. «Actuellement, deux tiers des augmentations salariales sont donc réparties de manière individuelle et souvent selon des critères obscurs», dénonce ainsi Mme Darwich.

Echec dans l'hôtellerie

En revanche, les négociations salariales ont d'ores et déjà «échoué» dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, a annoncé Hotel & Gastro Union. Comme le prévoit la Convention collective nationale de travail (CCNT), un tribunal arbitral va maintenant devoir se prononcer.

Cette procédure devrait durer plusieurs semaines. Les salaires 2019 resteront en vigueur jusqu'à sa décision. Sur la base du jugement de 2018, le tribunal devrait accorder au moins la compensation du renchérissement et une légère augmentation des salaires réels, estime le syndicat. (ats/nxp)

Créé: 13.08.2019, 09h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.