Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 21:29

Japon Travailler moins: test réussi pour Microsoft

Microsoft Japon a essayé durant 1 mois de fermer ses bureaux chaque vendredi. La productivité des 2300 employés en a été dopée.

La productivité par salarié a bondi de 39,9% en août sur un an, tandis que la consommation d'électricité a chuté de 23,1%.

La productivité par salarié a bondi de 39,9% en août sur un an, tandis que la consommation d'électricité a chuté de 23,1%. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Japon, pays connu pour ses heures supplémentaires à rallonge, la filiale locale de Microsoft a récemment expérimenté une approche inverse: travailler moins. Et elle s'est aperçue qu'une semaine de travail de quatre jours avait dopé la productivité de ses salariés.

En août dernier, Microsoft Japon a fermé ses bureaux chaque vendredi en accordant un jour de repos hebdomadaire supplémentaire à ses 2300 employés locaux, a expliqué la société dans un récent communiqué sur son site. L'entreprise a aussi limité les réunions de travail à 30 minutes et cinq participants maximum, et encouragé les échanges en ligne plutôt que des rendez-vous physiques ou des courriels.

Résultat: la productivité par salarié a bondi de 39,9% en août sur un an, tandis que la consommation d'électricité a chuté de 23,1% et celle du papier d'impression de 58,7%, selon Microsoft Japon.

«Les employés veulent avoir des modes de travail variés», a souligné la société. Elle prévoit de lancer un programme similaire cet hiver, mais sans accorder un congé spécial cette fois-ci: les salariés devront utiliser leurs jours de congés existants.

Lutter contre le «karoshi»

Cette expérience intervient alors que le gouvernement japonais tente de promouvoir des modes de travail plus flexibles, comme le télétravail, le recours au temps partiel et à des horaires de bureau décalés pour éviter les heures de pointe dans les transports.

Ces initiatives visent notamment à lutter contre le phénomène du «karoshi» (mort d'épuisement au travail) et à favoriser la natalité, en berne dans le pays. Cependant leur adoption par les entreprises locales est jusqu'à présent limitée. (ats/nxp)

Créé: 05.11.2019, 15h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.