Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 17:30

Suisse UBS: le bénéfice net chute au 3e trimestre

La banque a enregistré un bénéfice net de 827 millions de francs, moins que prévu.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Confronté à des marchés demeurant difficiles, UBS affiche une performance en net repli au 3e trimestre 2016. Alors que ses revenus se sont légèrement tassés, le numéro un bancaire helvétique a vu son bénéfice net plonger de 60% en un an à 827 millions de francs.

Le bénéfice net du 3e trimestre 2015, qui avait bondi à 2,068 milliards de francs comprenait toutefois un crédit d'impôts, alors que la charge fiscale nette s'est élevée à 49 millions entre juillet et septembre, précise vendredi UBS. Après neuf mois, le résultat net ressort à 2,57 milliards, contre 5,25 milliards sur la même période de l'an passé.

Sur le trimestre sous revue, le bénéfice avant impôts s'est en revanche amélioré, gagnant 11% à 877 millions de francs. L'embellie reflète notamment des charges et provisions pour litiges, questions réglementaires et similaires en baisse. Après avoir atteint 818 millions à fin septembre 2015, elles se sont contractées à 419 millions.

Ajusté de gains d'investissements avec des partenaires à hauteur de 21 millions de francs et de charges de restructuration pour 444 millions - des éléments jugés non représentatifs par UBS - le résultat avant impôts est ressorti à 1,3 milliard, soit un bond d'un tiers. Les revenus se sont quant à eux tassés de 2% à 7,03 milliards de francs.

Charges en repli

Les charges d'exploitation ont dans l'ensemble diminué de 4% à 6,15 milliards de francs. L'établissement aux trois clefs relève de nouveaux progrès en vue d'atteindre l'objectif d'économies de 2,1 milliards d'ici fin 2017 sur la base des coûts de 2013. Il a affiché une réduction nette annualisée de ses coûts de 1,5 milliard, contre 1,4 milliard trois mois auparavant.

Lors d'une conférence téléphonique, le directeur général d'UBS, Sergio Ermotti a jugé la performance solide. Le Tessinois a mis en exergue un contexte de variations saisonnières et de vents contraires un niveau macroéconomique et géopolitique ainsi que sur les marchés.

Bien qu'en repli, la performance d'ensemble a largement dépassé les attentes des analystes, bénéfice net excepté. Consultés par l'agence awp, les analystes tablaient en moyenne sur des revenus de 6,87 milliards de francs, un résultat avant impôts de 666 millions et un bénéfice net de 835 millions.

A la Bourse suisse, l'action UBS s'appréciait, gagnant peu avant 11h00 0,86% à 14,05 francs. Dans le même temps, l'indice des valeurs vedettes Swiss Performance Index (SMI) s'orientait à la baisse, lâchant 0,28%.

Dans le détail des divisions, toutes les unités, à l'exception de la gestion de fortune dans les Amériques, ont présenté un résultat en repli, à commencer par la banque d'affaires, Investment Banking. Subissant un tassement de ses revenus dans un contexte de gestion prudente des risques et des coûts, celle-ci a vu son bénéfice avant impôts plonger en l'espace d'un an de 496 à 161 millions de francs.

Afflux de capitaux en Europe

Personnal & Corporate Banking, la division regroupant les affaires avec la clientèle privée et commerciale suisse sont cependant demeurées solides, avec des revenus en hausse et des charges en baisse. Le tassement du bénéfice avant impôts s'est limité à 13 millions de francs, à 453 millions.

Le segment de la gestion de fortune internationale, Wealth Management, a pour sa part généré le meilleur résultat. Le bénéfice avant impôts s'est inscrit à 504 millions de francs, contre 639 millions au 3e trimestre 2015. Compte tenu de l'activité modérée des clients, UBS juge le résultat solide.

Les afflux nets de nouveaux capitaux ont totalisé 9,4 milliards de francs, enregistrant une croissance annualisée de 4%. Plus de la moitié de ces fonds, soit 5,1 milliards, ont été captés dans la région Asie-Pacifique. En Europe, ils ont atteint 3,9 milliards et 1,1 milliard en Suisse.

Wealth Management Americas a pour sa part affiché un bénéfice avant impôts de 320 millions de francs, contre 259 millions à fin septembre 2015. Le bond reflète le niveau record du résultat net des opérations d'intérêts et des revenus nets récurrents issus des prestations de services. L'afflux net d'argent frais a atteint 800 millions.

Asset Management, division en charge de la gestion d'actifs institutionnels a pour sa part dégagé un bénéfice avant impôts de 104 millions de francs, contre 114 millions au 3e trimestre 2015. Le repli illustre notamment une baisse des commissions nettes de gestion, suite à la cession l'an passé de l'unité Alternative Fund Services.

A fin septembre, le taux de fonds propres durs, selon la norme de Bâle III, atteignait 14%, en baisse de deux points de pourcentage au regard de fin juin. Le taux de levier s'est lui fixé à 3,45%. (ats/nxp)

Créé: 28.10.2016, 07h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.