Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 21:29

Suisse La vacance immobilière donne des ailes à Airbnb

Le taux de vacance important dans le secteur locatif rend toujours plus ardue la rentabilisation d'un bien et pousse le marché à privilégier des plateformes comme Airbnb.

AirBnB s'est définitivement fait une place sur le marché en Suisse.

AirBnB s'est définitivement fait une place sur le marché en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La hausse constante du nombre de logements locatifs en Suisse, dans un contexte marqué par une forte concurrence et des recettes en baisse, incite de plus en plus de bailleurs et investisseurs à se tourner vers des plateformes de location à court terme comme Airbnb.

Alors que sur le marché de la propriété du logement à usage propre, les taux bas maintiennent les coûts de logement à un niveau faible, sur celui de la location, le taux de vacance plus de quatre fois plus élevé (+2,6%) rend toujours plus ardue la rentabilisation d'un bien.

«Le marché immobilier présente un potentiel considérable pour une utilisation plus efficace de l'espace», estime Raiffeisen dans son étude «Immobilier Suisse» publiée mardi, évoquant une «ressource rare et coûteuse», que des plateformes de location comme AirBnB permettent de faire fructifier bien plus rapidement qu'un bail traditionnel.

En Suisse, le site de partage américain est en pleine croissance. Aujourd'hui, près de 60 000 objets sont proposés, une offre qui a doublé en l'espace de trois ans, souligne Raiffeisen, ajoutant que plus de 450 000 nuitées en Suisse sont réservées chaque mois via Airbnb par une clientèle à 80% étrangère.

Vocation initiale détournée

Plus de deux tiers des réservations effectuées par ce biais sont effectuées dans les régions touristiques alpines. Le Valais représente à cet égard un «véritable eldorado», selon la coopérative bancaire. «À Veysonnaz, à Nendaz et dans la vallée de Saas, plus d'un logement sur quatre est proposé à la location à court terme», explique Martin Neff, chef économiste chez Raiffeisen.

L'étude signale cependant que la plateforme californienne a dévié de sa vocation initiale et est de plus en plus exploitée à des fins commerciales. «La professionnalisation en cours montre qu'Airbnb permet de gagner de l'argent», poursuit l'expert.

Comme ce type de location rapporte davantage qu'un bail locatif à long terme, les villes connaissant une pénurie de logements risquent de voir celle-ci s'aggraver. «De tels effets néfastes ont entraîné, dans certains pays, un resserrement notable de la réglementation», rappelle M. Neff, évoquant les conséquences négatives de l'avènement d'Airbnb.

Reste que la rentabilité de biens loués à court terme varie considérablement selon les régions, leur attractivité touristique et les prix de l'immobilier. Ainsi Raiffeisen a calculé qu'en raison du niveau élevé à l'achat, le rendement des fonds propres n'est que de 3% à Zurich, contre 14% dans l'Oberland bernois. (ats/nxp)

Créé: 05.11.2019, 10h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.