Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 00:23

Horlogerie Vaud et Fribourg: hausse des salaires minimums

Les salaires minimums seront revalorisés en deux temps et les augmentations concernent principalement les travailleurs temporaires qui sont souvent payés au minimum.

Il a fallu un an de négociations salariales pour trouver un accord dans l'horlogerie.

Il a fallu un an de négociations salariales pour trouver un accord dans l'horlogerie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les salaires minimums de la branche horlogère vont augmenter dans les cantons de Vaud et Fribourg. Presque un an après le début des négociations salariales, un accord a pu être conclu, annonce Unia.

Les salaires minimums seront revalorisés en deux temps. La hausse se montera au total à 130 francs pour le personnel non qualifié et à 120 francs pour le personnel qualifié, détaille le syndicat lundi dans un communiqué.

Une première augmentation de 50 francs est intervenue le 1er octobre 2018. La seconde hausse, de respectivement 80 francs et 70 francs, interviendra le 1er janvier 2019. A compter de cette date, le salaire le plus bas pour la région Vaud-Fribourg sera de 3670 francs. Les augmentations concernent principalement les travailleurs temporaires qui sont souvent payés au minimum.

Niveau insatisfaisant

Si le syndicat Unia salue cette amélioration, il reste insatisfait du niveau des salaires minimaux dans la branche alors que la région connaît une grande concentration de marques haut de gamme. Les salaires horlogers de la région n’avaient pas été augmentés depuis 4 ans, rappelle-t-il.

En décembre 2017, le comité des horlogers vaudois avait entamé les négociations en revendiquant une hausse de 120 francs des salaires minimaux et réels pour 2018. Après un refus d’entrer en matière, le patronat avait proposé une augmentation de 0,5% des salaires, soit 17 francs par mois, arrondis à 20 francs.

Consultation des travailleurs

Le comité horloger a rejeté cette proposition. Cette dernière ne pouvait prétendre à compenser la baisse du pouvoir d’achat des salariés, ni les rythmes de travail et le stress qui s’intensifient constamment.

Le comité horloger avait décidé de suspendre les négociations afin de pouvoir consulter les travailleurs. Une enquête en ligne a été réalisée. En juin, une assemblée horlogère s’est tenue à la Vallée de Joux, avec quelque 280 travailleurs mobilisés sur la question des salaires. La lutte pour leur revalorisation va se poursuivre, assure Unia. (ats/nxp)

Créé: 12.11.2018, 12h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.