Mercredi 29 janvier 2020 | Dernière mise à jour 18:49

Finance folle Voici venu le temps des robots traders

Oubliez les Jérôme Kerviel et autre Kweku Adoboli. Désormais, ce sont les robots traders qui font trembler les marchés. Plus rapides et tout aussi roublards que leurs homologues humains, ils déstabilisent les entreprises.

Les traders sont désormais remplacés par de simples robots. Ici, un trader à la Bourse de New York.

Les traders sont désormais remplacés par de simples robots. Ici, un trader à la Bourse de New York. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les traders fous qui font perdre des milliards aux banques, c'est du passé! Ils ont été remplacés par de simples robots, peut-on lire sur le site d'information et de débat Rue89.fr. Bien plus rapides que les Jérôme Kerviel et autre Kweku Adoboli, ces machines peuvent gagner beaucoup d'argent sur les marchés financiers. Mais aussi provoquer des catastrophes. Bienvenue dans le monde du «trading à haute fréquence». C'est le sujet de l'enquête du magazine «Cash investigation» diffusée ce vendredi 8 juin à 22h45 sur France 2 .

Aux Etats-Unis, deux tiers des transactions boursières sont réalisées par des ordinateurs. En France, un tiers. Ces robots ultrarapides envoient des ordres boursiers chaque microseconde.

Plus performantes mais non moins dangereuses

Si elles sont plus performantes que leurs homologues humains, ces machines n'en sont pas moins dangereuses. Elles ne tiennent aucun compte des perspectives à moyen ou long terme des entreprises. « Leur seul intérêt, c’est de faire bouger les cours, faire croire qu’il y a un mouvement», explique à Rue89.fr le réalisateur Olivier Toscer.

Aucune faillite n'a encore eu lieu, mais en mai 2010, l’action de l’entreprise Procter & Gamble a perdu 30% de sa valeur en quelques minutes à Wall Street. Les cours du Dow Jones s'effondrent, provoquant un « flash crash ». Résultat: des millions d’euros de perte.

Les événements en Grèce sont d'abord pointés du doigt, mais les analystes se rendent finalement compte que le robot d'une seule entreprise de trading à haute fréquence est en cause. Il a vendu 3 000 contrats à une vitesse extrême, provoquant une panique chez les autres robots.

Les robots traders utilisent aussi parfois des techniques frauduleuses. Olivier Toscer cite encore sur Rue89.fr la méthode de la saturation: « Les ordinateurs peuvent envoyer des rafales d’ordres pour saturer les ordinateurs de la Bourse et ralentir les flux. Seuls les plus rapides peuvent passer des ordres, les autres sont bloqués». Ils peuvent aussi envoyer un ordre, et le tuer aussitôt dans l'unique but de profiter du mouvement qu’ils ont pu initier. Le hic, c'est que la rapidité de l'action la rend indétectable aux yeux des gendarmes de la Bourse.

Créé: 08.06.2012, 17h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.