Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 20:46

Vaud Entre 4 ans et 5 ans requis contre les quatre abuseurs de Gaëlle

Le procureur a requis mercredi des peines évidemment ferme contre les quatre agresseurs de la jeune Valaisanne, retrouvée morte dans le lac à Vevey il y a un an. Verdict en fin de journée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On s'attendait à un réquisitoire massue. On l'a eu. Le procureur Stephan Johner, particulièrement remonté contre les quatre coprévenus qui le baladent depuis plus d'un an, allant de contradictions en contradictions, n'a pas mâché ses mots. Mardi, durant la première journée du procès, les migrants maghrébins ont tout essayé pour se dédouaner et se charger mutuellement – se disculper aussi –. Avec deux objectifs clairs. D'une part, prouver que Gaëlle, 27 ans, était en pleine possession de ses moyens au moment des faits et bénéficiait de son plein discernement; d'autre part, et par-dessus tout, qu'elle était consentante lors des relations sexuelles avec le groupe de requérants d'asile de l'Établissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM), demandeuse et allumeuse.

«La vérité restera entre eux et leur conscience»

Le Ministère public a, lui, une toute appréciation. Il reproche aux quatre coaccusés d'avoir abusé lâchement de la jeune femme l'un après l'autre et de l'avoir abandonnée seule au bord du lac, alors qu'elle était en surdose d'alcool et de médicaments et sous l'influence de cannabis. Son corps sans vie a été retrouvé le samedi 10 mars 2018 dans les eaux glacées du Léman, au lendemain de la soirée passée avec les requérants de l'EVAM, près de la Buvette des bains publics à Vevey. «J'ai une conviction: ils savent très bien ce qui s'est passé. La vérité restera entre eux et leur conscience. Est-ce des meurtriers? Non. Des menteurs? C'est certain. Un suicide? Sa psychologue, vue le jour même, l'avait trouvée motivée. Un accident? Cela signifie qu'elle était dans un état tellement misérable qu'elle n'a pas été capable de s'accrocher aux rochers. Elle n'a pas une seule lésion qui indique qu'elle se serait blessée en chutant», note le procureur Johner.

«Honte à vous, Messieurs!»

Plus loin: «Honte à vous, Messieurs! Gaëlle n'est jamais restée seule. Ils seraient partis dix minutes au moment fatidique. C'est là leur lâcheté suprême. Ce n'était pas le but qu'elle décède. Mais quand elle passe à l'eau, ils ont peur. Dès 19h, elle est extrêmement alcoolisée. Elle a déjà ingurgité ses médicaments (ndlr. anxiolytiques en dose thérapeutique et antidépresseurs dans la fourchette toxique). La vidéosurveillance nous montre des images tristes et pathétiques. Qui peut croire qu'on peut passer sur une fille dans cet état-là, même aguicheuse? Personne. Aujourd'hui, ils ne peuvent plus nier. Il y a l'ADN, sauf pour x (ndlr. l'Algérien de 29 ans considéré comme le meneur). X est plus malin, il sait mieux se servir d'un préservatif. Il a rameuté tout le monde. Il a eu de la drogue gratuite en offrant du sexe, la jetant en pâture. C'est abject. Est-ce une faute morale ou une infraction pénale? Elle avait 2 pour mille dans le sang et l'urine...»

«Tirer un coup, c'était ça qui comptait»

«Gaëlle est seule, pas bien, elle se scarifie, son ex vient de l'éconduire. Tous ont compris qu'elle était complètement bourrée. Le seul à offrir un témoignage neutre parce qu'il a refusé de coucher avec elle, c'est le copain kosovar (ndlr. qui n'est pas renvoyé) qui a été là le moins longtemps. Il raconte qu'elle était très ivre, qu'elle avait l'air au bout de sa vie et qu'elle disait «fucking live». Qu'elle était triste, mal, soûle, hyperdroguée. Elle avait besoin de contacts humains, poursuit le représentant du Parquet vaudois, Mais tout le monde s'en fiche de Gaëlle, c'est l'objet. On la laisse par terre. Tirer un coup, c'était ça qui comptait. Leur culpabilité est très lourde. Ils n'ont eu aucun respect. Ils savent et ils ne feront pas ce cadeau aux parents de dire ce qu'il s'est vraiment passé. Leur courage s'arrête à baiser. Je n'aurai aucune clémence. Il n'y a rien à décharge.»

Commission en commun retenue

Le procureur Johner a ainsi requis des peines allant de 4 à 5 ans de prison ferme selon les degrés de culpabilité et les antécédents respectifs des coprévenus (4 ans, 4 ans et demi et deux fois 5 ans). Pour actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance et, en aggravation, pour atteinte à l'intégrité sexuelle commise en commun (ndlr. tournante). Il renonce, en revanche, à l'omission de prêter secours, ne disposant d'aucune preuve tangible face au mutisme des accusés sur les derniers instants de Gaëlle. Il retient encore l'instigation à actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance à l'encontre du leader de la bande. Et demande le maintien en détention des quatre agresseurs.

evelyne.emeri@lematin.ch

Créé: 27.03.2019, 10h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.