Dimanche 17 décembre 2017 | Dernière mise à jour 16:09

Arabie saoudite Arrêté pour avoir fait un «dab»

Un artiste saoudien s'est vu arrêté par la police après avoir «dabé» sur la scène d'un festival.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Popularisé par les rappeurs et les sportifs américains, le «dab» n'est pas le bienvenu en Arabie saoudite. Le chanteur, animateur et acteur Abdallah Al Shahani l'a récemment appris à ses dépens.

Alors qu'il dansait sur la scène d'un festival, l'artiste s'est laissé emporté par l'euphorie du moment en effectuant un petit «dab».

Mal lui en pris puisque les images de sa performance ont rapidement circulé sur la Toile. La majeure partie des occidentaux n'y verrait qu'un pas de danse banal, mais selon BBC News, le «dab» est bel et bien proscrit par le gouvernement saoudien.

Ce dernier l'associe directement à la consommation de cannabis et dénonce donc «sa mauvaise influence sur les jeunes et la société».

BBC News rapporte que l'artiste aurait été arrêté par la police suite à la diffusion de ces images. Il a depuis présenté ses excuses sur son compte Twitter. «Je m'excuse auprès du gouvernement et de mon public pour mon pas de danse involontaire et spontané. Je vous prie d'accepter mes excuses.»

(Le Matin)

Créé: 14.08.2017, 12h07


Sondage

Noël représente-t-il encore quelque chose de religieux pour vous?





Sondage

Internet doit-il être accessible à tous?




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.