Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 13:36

Genève Condamné pour avoir transmis le VIH à sa compagne

Le Tribunal correctionnel de Genève a condamné un Turc de 50 ans à deux ans de prison avec sursis complet pour avoir transmis le VIH à sa copine.

Image: Archives/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L prévenu qui venait d'apprendre sa séropositivité, a eu des relations intimes avec son amie tout en pensant ne lui faire courir aucun risque en n'éjaculant pas en elle.

«Pour moi, c'était impossible de contaminer quelqu'un, car mon taux de virémie était faible», s'est-il défendu mercredi. Celui-ci était si bas qu'il n'allait pas devoir prendre de médicaments avant au moins quatre ans. Le médecin lui avait aussi indiqué qu'il y avait un risque sur mille qu'il contamine une partenaire en cas de rapports sexuels non protégés, tout en insistant sur le fait qu'il devait l'informer.

Mais il ne lui a rien dit. Par peur de la perdre, a-t-il affirmé. La plaignante, née en 1974, a appris par une de ses ex-compagnes qu'il est séropositif. C'était en février 2014, après six mois de liaison amoureuse. Elle a alors effectué un test de dépistage, qui s'est avéré positif. «Je ne pouvais pas le croire. J'ai fait l'erreur de lui faire confiance, j'étais amoureuse», a-t-elle expliqué en larmes.

Sans précautions

Pour le tribunal, le prévenu connaissait le risque et s'en est accommodé. Il avait reçu des informations précises à l'hôpital sur les différentes formes de pratiques sexuelles. Il savait qu'il devait se protéger même avec un faible taux de virémie. Rien, en revanche, ne lui avait été dit sur la technique du retrait.

Etabli en Suisse depuis 2001 et ayant travaillé en milieu hospitalier, il ne pouvait pas ne pas connaître les modes de transmission, de notoriété publique. S'il n'a pas informé sa compagne, c'est parce qu'il ne voulait pas qu'elle parle de sa situation, selon les juges.

Or il savait qu'elle faisait attention à sa santé. A la découverte d'une infection vaginale en octobre 2013, elle avait demandé qu'il porte un préservatif s'il avait d'autres relations ou s'il était en mauvaise santé. Mais il a continué à agir sans prendre de précautions, ont souligné les juges. Le sachant séropositif, une précédente partenaire avait pourtant exigé le préservatif.

«Risque conscient»

Le tribunal a estimé qu'il lui a infligé des lésions corporelles graves. La victime souffre des effets de la trithérapie, de stress post-traumatique et a fait une dépression. Elle connaît des difficultés professionnelles et n'a pas informé sa famille. «J'ai honte, je suis seule dans ce combat», a-t-elle déclaré lors du procès qui a eu lieu à huis clos partiel.

Les juges l'ont condamné à deux ans de prison, le mettant au bénéfice du sursis complet avec une durée d'épreuve de trois ans, et à verser 40'000 francs à sa victime pour tort moral. Le Ministère public avait requis trois ans de prison avec sursis partiel de 30 mois, estimant qu'il avait ouvertement menti à sa compagne et pris le risque conscient et volontaire de la contaminer.

La défense avait plaidé l'acquittement complet du prévenu. Arrivé en Suisse à 35 ans et venant d'une culture où la sexualité est un sujet tabou, il ne pouvait pas avoir les mêmes connaissances qu'une personne élevée ici, avait relevé son avocat. (ats/nxp)

Créé: 10.02.2016, 20h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.