Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:04

France Condamnée pour une fausse alerte d’attentat

Une femme qui avait alerté l’aéroport d'Orly à Paris que son compagnon allait commettre un attentat a été condamnée à six mois avec sursis. Elle avait agi par jalousie.

«La PAF (Police aux frontières) a d'autres fonctions que d'accompagner un couple qui va mal», note le procureur.

«La PAF (Police aux frontières) a d'autres fonctions que d'accompagner un couple qui va mal», note le procureur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle avait affirmé que son compagnon prévoyait «un attentat» à Orly pour l'empêcher de prendre un vol après une dispute: le tribunal a condamné lundi une femme à six mois d'emprisonnement avec sursis pour un acte «complètement disproportionné» selon le procureur.

«Dans le contexte actuel», demande le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne) à cette jeune femme de 28 ans, «qu'est-ce qu'il vous est passé par la tête Madame ?» «J'ai extrêmement honte de ce que j'ai fait», répond-elle, voix tremblante et tête baissée.

A ses côtés dans le box, son compagnon, père de leur fils de deux ans. Le couple n'échange pas un regard. Jeudi, alors que l'homme de 34 ans s'apprêtait à embarquer sur un vol pour Barcelone, «pour un concert» précise-t-il, elle a appelé Aéroports de Paris, en se faisant passer pour la sœur de son compagnon.

«Il a des propos bizarres, il dit qu'il va faire un attentat, il est à Orly... J'ai peur qu'il fasse une bêtise», avait-elle dit au téléphone, rappelle la présidente du tribunal. La police est alertée, l'homme interpellé, et, souligne le procureur, la dénonciation calomnieuse s'avère être «corroborée» puisqu'un couteau est trouvé dans son sac.

Un couteau sur lui

A la barre, comme il l'avait déjà fait devant les enquêteurs, l'homme explique qu'il tient un food-truck, et qu'il a donc habituellement ce couteau rétractable sur lui. Ce jour là dit-il, il a «carrément oublié» l'avoir dans son sac.

Placé en garde à vue jeudi après son arrestation, il est ensuite resté en détention jusqu'à son procès. «J'ai jamais imaginé les proportions que ça prendrait», dit sa compagne depuis le box. Elle évoque une tendance à la dépression, sa «jalousie» et un contexte de relation de couple très compliqué.

«La PAF (Police aux frontières) a d'autres fonctions que d'accompagner un couple qui va mal», note le procureur, dont les réquisitions ont été suivies. En plus de la peine d'emprisonnement avec sursis, la jeune femme a l'obligation de voir un psychologue, et devra suivre un stage de citoyenneté.

Son compagnon a lui été condamné à 75 jours amende à dix euros (il doit payer 750 euros d'amende sous peine de passer un jour en détention par jour non payé). Il a aussi l'interdiction de porter une arme pendant un an, donc les couteaux «dans les cuisines, oui, dans les aéroports, non», conclut le tribunal. (afp/nxp)

Créé: 19.08.2019, 20h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.