Mardi 23 avril 2019 | Dernière mise à jour 22:50

Suffolk (GB) Découverte de dix-sept squelettes décapités

Un tiers des corps de ce cimetière romain étaient sans tête. Ils n'auraient pas été exécutés, ce serait un rituel.

Les crânes étaient disposés entre les jambes ou les pieds des squelettes.

Les crânes étaient disposés entre les jambes ou les pieds des squelettes. Image: Archeological Solutions

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand on découvre un cimetière, même datant de l'Antiquité, on s'attend à trouver des squelettes. Mais pas forcément dans cet état. Sur les 52 corps inhumés près de Bury St Edmunds, dans le Sussex (GB), 17 étaient décapités et la tête avait été posée entre les jambes ou les pieds. De plus, quatre de ces têtes n'appartenaient pas au corps à côté duquel elles se trouvaient.

Selon Andy Peachey, archéologue de la société Archeological Solutions, cité par l'«East Anglian Daily Time», 60% des tombes retrouvées sur ce site, datant du IVe siècle, étaient inhabituelles. C'est-à-dire que les corps y étaient enterrés soit face contre terre, soit accroupis, soit décapités. Les occupants de ces tombes étaient en majorité d'âge moyen, avec autant d'hommes que de femmes et quelques enfants de 9 et 10 ans. Aucun n'a été exécuté: les incisions trouvées au niveau du cou indiquent qu'elles ont été réalisées post-mortem.

Le crâne, réceptacle de l'âme

Les archéologues pensent donc qu'il s'agit d'un rituel religieux: le crâne, faisant office de réceptacle de l'âme, était séparé du corps. Un culte pratiqué dans des tribus celtiques pré-romaines. De tels corps décapités ont déjà été découverts dans des cimetières romains en Grande-Bretagne, mais jamais dans une aussi forte proportion. Les scientifiques supposent que la communauté qui suivait ce rite était nombreuse dans la région.

Selon les observations, les corps semblent avoir appartenu à des personnes de morphologie plutôt robuste, compatible avec celle d'agriculteurs. Ils étaient bien nourris, mais avec sans doute beaucoup de sucre, de nombreux corps ayant des abcès ou des dents manquantes. Certains présentaient également des signes de tuberculose.

Ces fouilles ont été entreprises sur le site de Great Whelnetham en raison d'un projet de construction d'un lotissement.

(Le Matin)

Créé: 14.01.2019, 16h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.