Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 11:59

Russie Des policiers torturent un suspect à l'électricité

Le Comité d'enquête de Russie a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête visant les policiers d'un commissariat de Krasnoïarsk, en Sibérie, qui sont notamment accusés d'avoir torturé un suspect à l'électricité, dernier scandale en date de violences policières.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

"Selon les enquêteurs, le 16 février 2012, les policiers (...) ont frappé à la tête et au corps un habitant de 25 ans de Krasnoïarsk et l'ont soumis à des décharges électriques", relate le comité.

Le but de ces tortures était de faire "avouer un vol", poursuit la même source dans son communiqué, qui ne précise pas combien d'agents sont mis en cause dans cette affaire.

Les révélations de violences policières se sont multipliées ces dernières semaines après un scandale à la mi-mars dans un commissariat à Kazan, au Tatarstan (Russie centrale), où un homme en garde à vue est décédé après avoir été sodomisé avec une bouteille par des policiers.

Les autorités russes, qui ont longtemps assuré que de tels abus étaient des cas "isolés", ont depuis reconnu que ces pratiques étaient courantes.

Selon les ONG, le recours aux violences est très répandu dans la police, les agents devant atteindre des objectifs fixés par leurs chefs sur le nombre de crimes et délits à élucider chaque année. Les policiers obtiennent sur cette base des primes et promotions. (afp/Le Matin)

Créé: 06.04.2012, 12h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.