Dimanche 20 août 2017 | Dernière mise à jour 15:12

Enquête Des pommes piégées jetées aux cygnes

Des fruits lancés dans une volière contenaient des lames de rasoir, qui n’ont heureusement pas blessé les oiseaux.

«Lancer des lames de rasoir, ce n’est pas le geste spontané 
d’un ivrogne», estime René Kramer, gardien de la Colonie des cygnes

«Lancer des lames de rasoir, ce n’est pas le geste spontané d’un ivrogne», estime René Kramer, gardien de la Colonie des cygnes Image: Le Matin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux quartiers de pomme et cinq lames de rasoir, c’est le piège que le gardien de la volière de Bienne conserve depuis une bonne semaine au réfrigérateur. «Deux lames étaient insérées dans les morceaux de pomme lancés sur la plate-forme réservée aux cygnes et aux canards. Un passant a aussi repéré trois lames dans le lit de la Suze», précise René Kramer, gardien de la Colonie des cygnes.

Dans cette volière du centre-ville ouverte sur un canal, deux cygnes noirs ont pris leurs quartiers avec une multitude de canards habitués au nourrissage quotidien. Même si aucun volatile n’a semble-t-il croqué une pomme piégée, une plainte pénale pour maltraitance a été déposée contre inconnu. «Ce délit est poursuivi d’office», précise Nicolas Kessler, porte-parole de la police cantonale bernoise.

A la Colonie des cygnes, la colère a succédé à la stupeur: «C’est horrible! Les canards ne mâchent pas leur nourriture avant de l’avaler», indique Ernest Schweizer, inspecteur de la Société protectrice des animaux qui chapeaute l’institution privée de sa subvention municipale.

La police mène l’enquête et multiplie d’autant plus facilement les rondes que le poste principal se situe dans la même rue que la volière. La bonne nouvelle, c’est qu’aucune récidive n’a été constatée. La mauvaise? Aucun indice n’a été recueilli.

Haine des animaux

«Quand des cailloux sont lancés sur la plate-forme, ce qui est déjà arrivé, je peux mettre ces agissements sur le compte de la bêtise de noctambules. Mais là, c’est plus insidieux: lancer des lames de rasoir, ce n’est pas le geste spontané d’un ivrogne», analyse René Kramer.

Le sentiment du gardien: «Ce qui s’est exprimé, c’est la haine des animaux.» De toute évidence, une telle perversité n’a rien à voir avec les clivages politiques sur l’utilité d’une institution centenaire.

Ce qui frappe dans l’attaque, c’est l’appât utilisé: le sadique qui a utilisé une pomme semble savoir que les canards et les cygnes sont désormais nourris avec des fruits, des légumes et des salades, et non plus avec le pain sec longtemps récolté à la Colonie des cygnes. Un changement alimentaire décidé pour la santé des canards, mais aussi pour éloigner les pigeons.

«Les morceaux de pomme ont été lancés depuis l’autre rive», assure René Kramer. L’autre rive, c’est une promenade bordée de grands arbres et équipée de jeux pour les enfants, le long d’un bras de la Suze équipé d’une écluse. Sur la balustrade, des dessins d’enfants témoignent de leur affection pour les canards et surtout pour le couple de cygnes noirs prêts pour un exil au Golf Club du château de Bonmont, à Chéserex (VD), si la survie de la volière biennoise n’est pas garantie par des dons.

Installation de caméra

Les perruches et les perroquets enfermés dans les volières de l’autre côté de l’immeuble n’ont pas été visés. Mais selon Ernest Schweizer, qui envisage l’installation d’une caméra à la volière, des incidents similaires ont été constatés récemment à Bienne et aux alentours: «On a retrouvé de la viande contenant des bris de lame de rasoir.»

Chaque année, la police bernoise enregistre entre dix et vingt annonces de suspicion d’appâts empoisonnés ou préparés. «Mais dans la majorité des cas, il ne s’agit pas d’actes volontaires», précise Nicolas Kessler de la police cantonale.

Aucun parallèle n’est fait avec Thoune, où une douzaine de lames de rasoir ont été scotchées cet été sur une place de jeux d’une école enfantine. C’est un concierge qui avait trouvé ce dispositif infernal sur deux donjons reliés par un pont de corde. Là aussi, l’enquête se poursuit, mais l’auteur n’a pas récidivé. (Le Matin)

Créé: 05.11.2015, 11h17


Sondage

Les conditions inhumaines de récolte de certains produits influencent-elles votre consommation?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.