Vendredi 21 septembre 2018 | Dernière mise à jour 14:05

Castagne Deux chauffeurs de Carpostal molestent un passager

Dans une vidéo amateur filmée dans la nuit de samedi à dimanche derniers, devant la gare de Delémont (JU), des chauffeurs très remontés s'en sont pris à un passager: «T’en veux encore une?»

La position de Carpostal

«Le personnel de conduite de CarPostal travaille dans un environnement de tension. Non seulement les conducteurs doivent conduire, mais ils doivent aussi faire face à des situations difficiles et inhabituelles. Et ils le font très bien tous les jours.

Le nombre d'agressions enregistrées statistiquement dans les cars postaux n'a pas augmenté au cours des dix dernières années. Mais nous sommes conscients qu'il y a toujours des conflits dans et aux abords des cars postaux qui sont très désagréables tant pour les voyageurs que pour un conducteur.

Il est donc important pour nous de préparer les conducteurs à de telles situations dans les cours de formation et de leur montrer comment ils peuvent réagir au mieux dans des situations aussi stressantes».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un chauffeur qui pousse à deux mains un passager à terre, un autre qui lui flanque un coup de pied: cette scène qui s’est déroulée samedi soir devant la gare de Delémont (JU) a été filmée. Postée momentanément sur le profil Facebook «Ici c’est Delémont», elle embarrasse Carpostal.

Dans cette vidéo, on peut entendre un «Ben Laden» adressé à un noctambule barbu. Devant ces images tournées de nuit, les chauffeurs de jour ne trouvent pas d’excuses à leurs collègues de nuit: «Ca ne devrait pas arriver».

«T’en veux encore une?»: prononcée deux fois, cette menace a intimidé les noctambules: «Il parle allemand, mais c’est bon!», dit une voix féminine. Les réactions fusent: «Pourquoi vous tapez?», «Mais vous êtes fou ou quoi?» ou «Il y a des limites». Le passager bousculé et frappé ne passe pas pour un ange: «Lui aussi, il a abusé» ou «Rentre chez toi» sont autant de phrases à sa charge.

La vidéo tournée dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1h20, ne montre pas ce qui a mis les chauffeurs hors d’eux, mais on entend un employé hurler: «Ca fait trois fois qu’il fait ch***!».

Selon un témoin, «celui qui ramasse des coups a des soucis psychologiques». Comme personne n'a pu ou voulu lui payer son ticket, il s'est couché devant le bus en partance pour Soyhières. «Je ne comprend pas la réaction des chauffeurs, alors que des agents Securitas sont censés surveiller les Noctambus et que le poste de police se trouve juste en face», remarque le témoin.

Celui qui intervient dans une bagarre impliquant deux noctambules ne trouve pas grâce auprès de ses collègues de jour: «Il n’aurait pas dû réagir comme ça!», dit un chauffeur.

«La nuit, c’est plus compliqué, mais il ne faut jamais se montrer agressif», commente un employé de Carpostal Ouest. Pour un autre, c’est une question de bon sens: «Il aurait pu recevoir un coup de couteau».

«Nous suivons tous des cours de psychologie. Disons que le chauffeur qui pousse quelqu'un à terre ne se distingue pas par son intelligence», sanctionne un autre chauffeur.

Cinq cours de psychologie en cinq ans, c’est la condition pour conserver son permis quand on conduit un bus, un car ou un camion. «Il faut rester zen, même quand le père d’un enfant qu’on a traité de cochon parce qu’il a sali le bus nous téléphone pour nous le reprocher».

Comment se comporter face à des clients irascibles? «Je leur demande d’aller se battre ailleurs», dit un chauffeur interrogé à Delémont. La nuit est-elle plus difficile? «Le problème peut survenir avec un client monté à l’arrière sans qu’on le voit», dit un conducteur pour qui le surmenage n’explique pas un comportement violent.

Carpostal confirme avoir pris connaissance de la vidéo diffusée via Facebook: «La scène diffusée à travers cette vidéo ne correspond pas aux principes de l'entreprise», indique la porte-parole Valérie Gerl. Pour Carpostal, «les circonstances et les causes de cette altercation ne sont pas encore claires». Une enquête interne est en cours pour déterminer avec exactitude les faits et leur contexte. (Le Matin)

Créé: 13.09.2018, 18h10

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.