Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 07:21

Vaud Gaëlle, morte dans le lac: un de ses quatre abuseurs recourt

Condamné à 4 ans ferme, l'instigateur de cette quadruple agression sexuelle fait appel. Son avocate entend prouver que la Valaisanne avait son discernement et qu'elle était consentante ce soir-là à Vevey.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ont comparu à quatre en première instance, à Renens. Il fera appel seul – ou à deux (ndlr. voir ci-après) – au Tribunal cantonal (TC). Pour avoir abusé de Gaëlle, 27 ans, en pleine détresse physique et psychologique (ndlr. alcool, anxiolytiques, antidépresseurs, cannabis) un soir de mars 2018 au bord du lac à Vevey et l'avoir délaissée, quatre requérants Maghrébins ont écopé le 27 mars de peines allant de 3 ans à 4 ans et demi de prison ferme.

Principalement, pour actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance et, en aggravation, pour commission en commun (ndlr. tournante). L'omission de prêter secours n'a pas pu être retenue. Le mutisme des accusés sur les derniers instants de Gaëlle, morte dans les eaux glaciales du Léman, exclut toute preuve tangible. Et n'apportera jamais le moindre apaisement à ses parents, à son frère et à ses proches.

«Je lui ai touché la poitrine pour la repousser»

Le leader de la bande, qui a offert la jeune femme à ses trois acolytes contre de la marijuana et de la cocaïne gratuites, a également été condamné pour instigation à actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance. C'est cet homme précisément qui va contester sa condamnation à 4 ans ferme.

Cet Algérien de 29 ans, considéré comme le «cerveau» de cette équipée sauvage par le Tribunal criminel d'arrondissement de l'Est vaudois, a toujours nié avoir couché avec la victime, retrouvée flottant dans le lac le lendemain de cette soirée d'outrages. Il est le seul des quatre à ne pas avoir laissé de traces ADN ou de liquide séminal et à ne pas avoir été confondu par la médecine légale. «Si je lui ai touché la poitrine, c'est pour la repousser», avait-il expliqué en audience.

«Rien ne permettait de la livrer en pâture»

«X est plus malin, il sait mieux se servir d'un préservatif. Il a rameuté tout le monde. C'est abject. Elle avait 2 pour mille dans le sang et l'urine. Qui peut croire qu'on peut passer sur une fille dans cet état-là, même aguicheuse? Dès le départ, elle est extrêmement alcoolisée. La vidéosurveillance (ndlr. où l'on voit Gaëlle tituber en Ville de Vevey avant qu'elle n'aille au bord du lac) nous montre des images tristes et pathétiques», avait répliqué le procureur Stephan Johner.

«Elle n'avait plus du tout sa capacité de discernement», avaient surenchéri les juges à l'heure du verdict. «Il y avait bien un meneur (ndlr. le recourant) et il y a bien eu une succession concertée. Même s'il est vraisemblable que la jeune femme cherchait le rapprochement physique, cela ne veut pas dire qu'elle était consentante. Rien ne permettait de la livrer en pâture.»

Hommes/Femmes: pas égaux face à l'alcool

Voilà qui ne démonte pas pour autant Me Sarah Meyer, qui défend le recourant. L'avocate avait déjà déposé une annonce d'appel dans l'attente du jugement motivé, désormais notifié aux parties. Elle confirme qu'elle va bel et bien saisir la Cour d'appel pénale. Et requérir, dans ce cadre-là et pour la troisième fois, une expertise par un spécialiste en alcoologie sur la défunte. «J'avais fait cette requête avant le procès, elle m'a été refusée. Lors de l'audience, je l'ai plaidée et elle a été rejetée», précise-t-elle.

«Gaëlle était un homme à la base»

«Pour se déterminer sur la capacité de discernement de la victime au moment des relations sexuelles qu'elle a réclamées tout au long de la soirée, nous avons besoin de cet élément, insiste Me Meyer. Il ne faut pas oublier que Gaëlle était un homme à la base (ndlr. elle était transgenre, elle a été opérée en mars 2013). Et qu'un homme dispose d'une quantité supérieure d'enzymes contribuant à l'élimination de l’alcool qu'une femme. Il y a aussi des questions de gabarit et de corpulence. Elle avait un corps athlétique.»

Mais encore: «Même sans cela, l’incapacité de discernement totale ne peut être envisagée si l'on tient notamment compte des témoignages corroborants des prévenus. Tous disent qu'elle était consentante, demandeuse et active.» L'avocate de l'Algérien ne s'en cache pas. Elle vise clairement l'acquittement de son client en deuxième instance.

Un autre recourant?

Le second à avoir déposé une annonce d'appel est le Tunisien de 31 ans, condamné à 4 ans et demi ferme. Il a rencontré la Valaisanne près de l'Établissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) à Vevey avec le chef de groupe algérien avant leur départ vers le lac. Contacté, son défenseur Me Cédric Thaler nous a fait savoir par email «qu'à ce stade, il n’a aucun commentaire à formuler quant à cette affaire.» En clair, on ne saura rien de sa réelle intention de monter au TC, ou pas, dans le délai imparti.

Son client est peut-être le dernier à avoir vu la jeune femme en vie ou dans l'eau. Lors du procès, il avait affirmé «qu'elle voulait avoir une relation avec tout le monde. Elle était en chaleur et très bourrée. A la fin, j'étais seul avec la fille. Je l'ai laissée pour aller chercher de la marijuana. Quand je suis revenu, il n'y avait plus que ses sacs. Je suis allé voir dans les deux toilettes (ndlr. près de la Buvette des bains publics), elle n'y était pas. J'ai jeté un coup d'œil vers le lac. Il faisait trop noir.»

evelyne.emeri@lematin.ch

(Le Matin)

Créé: 17.04.2019, 06h49


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.