Jeudi 23 mai 2019 | Dernière mise à jour 02:26

France «Paris en deuil» après l'incendie d'un immeuble

Un feu s'est déclenché dans un immeuble d'habitation parisien, faisant au moins dix morts. Une habitante placée en garde à vue.

Galerie photo

Incendie meurtrier dans un immeuble à Paris

Incendie meurtrier dans un immeuble à Paris Un feu s'est déclenché dans un immeuble d'habitation parisien, faisant au moins sept morts et un blessé grave.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins dix personnes sont mortes et 37 autres ont été blessées dans un incendie qui a ravagé un immeuble d'habitation du 16e arrondissement de Paris dans la nuit de lundi à mardi. Il s'agit de l'incendie le plus meurtrier à Paris depuis près de quatorze ans.

Nouvelle intervention périlleuse pour les militaires de @PompiersParis cette nuit. Très grande tristesse pour les victimes et sincère admiration pour nos pompiers dont plusieurs ont été blessés. #FierDeNosSoldats. https://t.co/VdPdtghIBC

— Chef d'état-major de l'armée de Terre (@CEMAT_FR) 5 février 2019

Une habitante de l'immeuble a été interpellée dans la rue immédiatement après l'incendie et placée en garde à vue, a annoncé sur place le procureur de la République de Paris Rémy Heitz. Il a précisé plus tard qu'elle avait des «antécédents psychiatriques».

Selon le parquet de Paris, les premiers éléments de l'enquête tendent à privilégier la piste criminelle. Une enquête a été ouverte pour «destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort».

«Elle m'a souhaité «bon courage»»

La femme, âgée d'une quarantaine d'années, a été «arrêtée en état d'alcoolémie alors qu'elle tentait de mettre le feu à une voiture», a indiqué à l'AFP une source policière. En conflit récurrent avec son voisin pompier, elle s'était disputée avec lui dans la soirée et la police s'était déplacée pour un trouble de voisinage, a indiqué une autre source policière.

«Elle a dû mettre le feu chez moi pour se venger», a déclaré le pompier dans une interview au Parisien. «Quand je l'ai croisée, elle m'a souhaité «bon courage» en me disant que j'étais pompier, et que j'aimais bien les flammes».

Le bilan pourrait s'alourdir

Après plus de cinq heures d'intervention, les pompiers ont finalement réussi à l'aube à maîtriser le feu. Huit pompiers figurent parmi les blessés. Plus d'une cinquantaine de personnes ont dû être évacuées en urgence, à l'aide de grandes échelles notamment.

Premières images impressionnantes de l'#incendie survenu ce matin à #Paris
Bon courage aux intervenants des @PompiersParis

Photos : B. Moser #BSPP pic.twitter.com/JQkFHAN4u5

— Vincent DUQUESNE (@VDQSN) 5 février 2019

Toutefois le «bilan pourrait encore s'alourdir, car les opérations de reconnaissance n'ont pas encore eu lieu dans les derniers étages de l'immeuble, là où le feu était le plus violent», a expliqué le porte-parole des pompiers sur place. «Paris est en deuil ce matin», «le bilan est terrible», a réagi dans un tweet la maire de Paris Anne Hidalgo, qui se rendra sur les lieux «en tout début de matinée».

«La France se réveille dans l'émotion après l'incendie rue Erlanger à Paris cette nuit. Pensées pour les victimes. Merci aux pompiers dont le courage a permis de sauver de nombreuses vies», a pour sa part écrit le chef de l'Etat sur son compte Twitter.

Réfugiés sur les toits

Le feu, dont l'origine est encore inconnue, a démarré vers 1h du matin selon les pompiers qui évoquent une «scène d'une incroyable violence». Certains habitants de cet immeuble des années 1970, comptant huit étages et situé rue Erlanger, se sont réfugiés sur le toit pour échapper aux flammes, alors que de nombreux résidents ont appelé au secours depuis leurs fenêtres.

«Nous avons dû procéder à de nombreux sauvetages, notamment pour une dizaine de personnes qui s'étaient réfugiées sur les toits», a précisé le capitaine Cognon. «Au total, une cinquantaine de personnes ont été évacuées par les pompiers notamment grâce à l'installation d'échelles», a-t-il précisé. Deux immeubles adjacents ont également été évacués par mesure de précaution et des responsables de la mairie du 16e arrondissement étaient sur place dans la nuit pour trouver des solutions de relogement.

Avec @danielegiazzi, nous mettons en place une cellule d'urgence à la mairie du 16e arrondissement. Elle viendra en aide à tous les riverains qui souhaitent un soutien psychologique ou un accompagnement dans leurs démarches. #incendie #Paris16

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 5 février 2019

Quartier chic

Selon Anne Hidalgo, les services municipaux «ont immédiatement pris en charge et hébergé les personnes évacuées» et cet accompagnement des sinistrés va se poursuivre «aussi longtemps que nécessaire», a-t-elle tweeté. Plusieurs rues de ce quartier chic de Paris situé à la lisière du bois de Boulogne, ont été bloquées par des dizaines de voiture de police et de camions de pompiers. Au total, quelque 200 pompiers ont participé aux opérations.

Cet incendie est le plus meurtrier à Paris depuis le 26 août 2005 quand un feu d'origine criminelle avait fait 17 morts dont 14 enfants dans un immeuble vétuste du XIIIe arrondissement. L'enquête n'avait pas permis d'identifier un auteur. L'incendie dans un hôtel d'hébergement d'urgence, le Paris-Opéra habité par des familles d'origine africaine reste le plus meurtrier depuis la Libération avec 24 morts, dont 11 enfants, en 15 avril 2005. (afp/nxp)

Créé: 05.02.2019, 04h32

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.