Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 08:08

Vaud Ivre au volant, un cadre bancaire tue une piétonne et va se coucher

L'employé de banque n'a pas porté secours à la femme de 52 ans qu'il venait de percuter à Morges. Incarcéré 19 jours, il comparaîtra le 4 février. En théorie, il risque jusqu'à trois ans de prison ferme.

Vendredi 13 mai 2016, vers 23h, le prévenu percute une piétonne à l'avenue de Lonay à Morges et prend la fuite. Polytraumatisée, elle décédera quelques jours plus tard au CHUV.

Vendredi 13 mai 2016, vers 23h, le prévenu percute une piétonne à l'avenue de Lonay à Morges et prend la fuite. Polytraumatisée, elle décédera quelques jours plus tard au CHUV. Image: Police cantonale vaudoise

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La victime n'a eu aucune chance. Le vendredi 13 mai 2016, vers 23h, elle est fauchée par le véhicule de l'accusé à l'avenue de Lonay, à Morges. Une rectiligne éclairée, limitée à 50km/h, qui invite à la vitesse. Au volant de sa Seat Alhambra, le conducteur n'aurait pas vu la piétonne, qui traversait la route de gauche à droite en dehors d'un passage piéton. Aucune trace de freinage n'a été constatée sur les lieux de l'accident.

Le Ministère public renvoie ce père de famille, âgé aujourd'hui de 43 ans, devant le Tribunal correctionnel d'arrondissement de La Côte pour homicide par négligence, conduite en état d'ébriété qualifiée, entrave aux mesures de constatation de l'incapacité de conduire et violation des obligations en cas d'accident.

Dans un état désespéré

Domiciliée non loin de là, la quinquagénaire a été happée par l'aile avant-droite de la voiture du fondé de pouvoir. Elle a été projetée contre le pare-brise, puis éjectée à une vingtaine de mètres sur la chaussée où elle est restée inconsciente jusqu'à l'arrivée des secours. Stabilisée sur place, elle avait été transportée au CHUV à Lausanne, dans un état désespéré. Polytraumatisée, elle y est décédée trois jours plus tard. Son père a porté plainte quelques jours plus tard et s'est porté partie civile.

Délit de fuite

Selon les enquêteurs et l'acte d'accusation de la procureure Laurence Boillat, le fautif a ralenti après le choc jusqu'à l'arrêt presque complet de son véhicule avant d'accélérer et de prendre la fuite en direction du centre-ville, alors que son pare-brise était passablement endommagé et que sa visibilité était alors restreinte. C'est ainsi qu'il a failli encore emboutir une Mercedes. Grâce à l'appel à témoin de la Police cantonale, l'auteur avait pu être identifié et interpellé le lendemain matin au domicile de ses parents sur La Côte où il était allé dormir. Il sera placé en détention provisoire immédiatement, du 14 mai 2016 au 1er juin 2016.

Alcoolisé

Au moment de son arrestation, soit dix heures après l'impact fatal, le prévenu était encore sous l'influence de l'alcool. 1,08 ‰, communiquait la police cantonale en mai 2016; le Parquet retient, quant à lui, un taux de 1,82 ‰ au moment du drame. Contacté, l'avocat du conseiller bancaire, Me Arnaud Thièry, ne souhaite pas commenter l'affaire avant les débats agendés au mardi 4 février. Il ne dira pas non plus si son client admet tout ou partie des faits. Quelques mots, en revanche, sur l'état d'esprit du comparant: «Il aborde cette audience en pensant à la victime et à la famille de celle-ci. Il viendra exprimer ses regrets.»

Du côté de la partie plaignante représentée par Me Coralie Devaud, le père de la victime, dévasté par la perte de sa fille, c'est également un «no comment» en amont du procès qui se tiendra mardi 4 février devant la Cour correctionnelle de Nyon. Le verdict sera connu le 10 février.

Evelyne Emeri

evelyne.emeri@lematin.ch

Créé: 31.01.2020, 07h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.