Samedi 23 septembre 2017 | Dernière mise à jour 12:10

Portes du soleil L'accident mortel de télésiège aura bientôt son épilogue

Le Tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains (F) tente de comprendre comment un Britannique de 14 ans est resté suspendu dans le vide accroché au télésiège en 2011 à Châtel.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une peine de prison avec sursis et 15'000 euros d'amende (16'350 francs). Voici ce qui a été requis à l'encontre du conducteur de télésiège de Châtel (Haute-Savoie) sur lequel était mort un Britannique de 14 ans en 2011. La société des remontées mécaniques «Sports et Tourisme» est elle aussi poursuivie pour homicide involontaire en tant que personne morale. Une amende de 75'000 euros a été requise à son encontre.

«Je suis convaincu qu'il y a une faute humaine, une inattention trop longue du conducteur mais il n'est pas le seul responsable», a pointé le procureur Patrick Steinmetz lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains.

Le 23 février 2011, Kerian Brooks, 14 ans, s'était retrouvé suspendu au-dessus du vide, accroché par une lanière de son sac à dos à son télésiège, qui venait de dépasser la station d'arrivée et entamait son retour vers la station de départ. L'adolescent, qui n'avait pas réussi à descendre de son siège dans l'aire de débarquement, avait été étouffé par ses vêtements, remontés jusqu'à son cou. Il était décédé 22 jours plus tard.

Faille dans le dispositif technique

L'accident s'était déroulé sans que le personnel en charge de la surveillance du débarquement ne s'en aperçoive, ni que le dispositif technique dit «de non-débarquement», prévu pour détecter la présence d'usagers restés sur leur siège, n'arrête l'installation.

Le conducteur du télésiège Richard Cettour, 50 ans, était occupé à nettoyer des outils à l'intérieur du petit chalet situé à la gare d'arrivée lorsque le drame est arrivé. «J'ai vu une personne entrer dans le chalet. Elle criait et faisait des gestes car elle ne parlait pas français. Elle était affolée. Je suis sorti. J'ai vu les skis du jeune Kerian par terre», a-t-il déclaré à la barre en présentant ses excuses à la famille Brooks.

10 secondes d'inattention fatales

«Il ne pouvait pas savoir que ces 10 secondes d'inattention pouvait aboutir à cela (...) Il gardera en lui le poids de cette responsabilité», a plaidé son avocat Me Luc Hintermann.

Me Thomas Pianta, avocat de «Sports et Tourisme», a lui reconnu que des fautes avaient été commises par la société. «Mais ces fautes sont sans lien de causalité certain avec le décès», a-t-il affirmé. Il est notamment reproché à la société d'avoir laissé monter le jeune adolescent sur le télésiège avec son sac sur le dos, ce qui est interdit.

«On comprend bien que c'est un enchaînement de circonstances qui a provoqué cet accident tragique. Ce qui est important est qu'il ne se reproduise pas», a déclaré le père de la victime à la barre.

Le jugement a été mis en délibéré au 17 novembre.

(afp/nxp)

Créé: 06.10.2015, 22h02


Sondage

Faut-il subventionner les éleveurs qui laissent pousser les cornes aux vaches?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne