Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 10:43

Nyon Harceleur condamné: «Il avait l'intention de défigurer sa victime»

Le Tribunal d'arrondissement de la Côte à Nyon a condamné ce jeudi un homme de 26 ans à huit ans de prison ferme pour avoir harcelé puis agressé une femme à coups de couteau en 2018.

Le président du Tribunal d'arrondissement de la Côte à Nyon (VD) a notamment insisté sur la «violence et l'acharnement inouï» démontré par le prévenu. (Photo d'illustration)

Le président du Tribunal d'arrondissement de la Côte à Nyon (VD) a notamment insisté sur la «violence et l'acharnement inouï» démontré par le prévenu. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Jurassien de 26 ans, qui avait harcelé cinq mois durant une femme puis l'avait agressée à coups de couteau une nuit de mars 2018 à son domicile de Vers (F), a écopé jeudi de huit ans de prison ferme à Nyon (VD). Ce mécano de formation, souffrant de schizophrénie, a été condamné par le Tribunal criminel d'arrondissement de la Côte pour tentative de meurtre.

Afin d'éviter une récidive, cette peine a été assortie d'un traitement thérapeutique institutionnel. L'homme, qui résidait à Luins (VD) à l'époque des faits, avait longuement harcelé puis finalement agressé un soir de mars 2018 à son domicile français une femme de 38 ans dont il s'était épris.

«Le prévenu a minutieusement préparé son agression. Il a asséné au moins 19 coups avec une intention de tuer et pas seulement avec l'intention de défigurer sa victime comme il le prétend», a relevé le président du Tribunal. Celui-ci a aussi insisté sur la «violence et l'acharnement inouï démontré».

Ce mécanicien auto de formation a aussi été reconnu coupable d'injure, contrainte, tentative de contrainte, dénonciation calomnieuse, dommage à la propriété et atteinte intentionnelle à l'état de sécurité d'un véhicule. Pour le chef d'inculpation d'injure, il écope aussi de 20 jours-amendes à 30 francs. A noter qu'au civil, il avait été condamné à verser quelque 21'000 francs à sa victime.

Il est apparu impassible à l'énoncé de sa peine.

Responsabilité moyennement diminuée

Son acte a mis en lumière le fait qu'il souffrait de «schizophrénie hébéphrénique». Cela lui a permis de voir sa responsabilité moyennement diminuée.

«Sa maladie fait qu'il était conscient de ce qu'il vivait mais sans avoir les capacités d'évaluer ce que son comportement impliquait pour lui et pour les autres», avait en effet expliqué un expert psychiatrique à la barre lors du procès. A noter aussi que dans son enfance, le prévenu avait été abusé sexuellement par un adolescent.

La procureure Marlène Collaud avait requis à son encontre neuf années de prison fermes et la mise en place d'un traitement thérapeutique institutionnel. Elle se dit «satisfaite de ce verdict prévenant bien les risques de récidives».

Me Basile Casoni, l'avocat du prévenu, avait quant à lui plaidé pour une peine clémente de trois années maximum assortie d'un traitement ambulatoire. Il se réserve le droit de faire appel de cette condamnation «notamment car la mesure retenue va au-delà des recommandations de l'expert-psychiatre, ce qui est rare», rappelle l'homme de loi qui a dix jours pour prendre une décision.

Un harcèlement de plus en plus grave

Pour mémoire, le condamné avait harcelé sa victime de diverses manières. Il lui avait envoyé de nombreux SMS, s'était présenté sur son lieu de travail, avait saboté les pneus puis les freins de sa voiture, avait déposé une fausse plainte pour vol contre elle, ou encore avait piraté son téléphone pour la géolocaliser.

Finalement, le 31 mars 2018, il s'était rendu au domicile de cette femme à Vers en Haute-Savoie voisine. Là, revêtu d'une combinaison de peinture et de gants, il s'était jeté sur elle et lui avait asséné des coups de couteau au visage, à la gorge, aux mains et à la nuque jusqu'à ce qu'elle s'écroule.

Il l'avait ensuite traînée dehors par les cheveux. Là, un tiers était intervenu, provoquant la fuite de l'agresseur. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2020, 18h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.